Le plan de communication du CHU, en ces temps de canicule, est à l’image
de celui du gouvernement : offensif, à grand renfort de sourires sereins et
de déclarations rassurantes. Face à l’annonce de ces très fortes chaleurs,
tout est anticipé « largement à l’avance », il n’y a rien à voir, passez votre
chemin.

La réalité est toute autre à l’EHPAD du CHU. Si l’information de base sur la
nécessité d’hydrater est faite, les moyens pour rafraîchir les espaces sont à
la limite du misérable : des climatiseurs bricolés, bruyants, qui peinent à
rafraîchir ne serait-ce que devant eux, des stores cassés qui ne permettent
pas de garder l’obscurité.

Et surtout, le sous-effectif chronique continue d’y régner. Les arrêts de
mal se multiplient, et sont très mal remplacés. Ainsi, hier jeudi 26
personnes, il manquait 3 aides-soignant.e.s. Le Week-end dernier, c’est 4
postes qui n’étaient pas pourvus. Et ça ne va pas aller en s’améliorant : le
CHU peine à recruter des remplaçant.e.s
en raison de contrats peu attractifs
(quinze jours pour certains !) et des mauvaises conditions de travail. En
gériatrie, les contractuel.le.s sont en effet corvéables à merci, certain.e.s de nos collègues vont travailler les 4 week-ends du mois de juillet.

En conséquence, pour rappeler qu’un petit coup de comm’ opportuniste ne
règle pas les problèmes structurels, les personnels de l’EHPAD du CHU
effectueront un débrayage le lundi 1er juillet 2019, entre 14h15 et 15h15 ;
à l’appel de l’intersyndicale SUD-CGT-FO.

Un rassemblement aura lieu devant le Pavillon Damien Delamaire (Hôtel
Dieu), dans le cadre de la journée nationale d’actions EHPAD

Sud Santé-Sociaux


Article publié le 28 Juin 2019 sur Rennes-info.org