367 visites

Lectures anarchistes • Victor Serge, le révolté permanent – Ici et maintenant

Lectures anarchistes • Victor Serge, le révolté permanent



Rédigé par ici et maintenant

02 mars 2022

Aucun commentaire


Lectures
anarchistes
Victor
Serge,
le révolté permanent

Notre
compagnon Jean Lemaître propose sur le site du groupe Ici &
Maintenant (Belgique) de la Fédération anarchiste, une
série de chroniques littéraires que nous allons égrener
au cours des mois prochains.

Lecture
anarchiste
 : Victor
Serge,
« Mémoires d’un
révolutionnaire (1905-1945) »,
Éditions
Lux, 2017

Pas
de socialisme sans respect des libertés et des droits humains
fondamentaux !

Cela
faisait déjà un certain temps que j’avais entendu
parler de ce militant, sans jamais approfondir. Alors, pour faire
plus ample connaissance, j’ai commencé par ses mémoires.

J’en
sors émerveillé : tant de sincérité
dans le récit, de témoignages inédits, de
fidélité à ses idées, d’engagement lucide
et critique, de courage personnel.

Fils
d’émigré russe ayant fui la dictature tsariste, Victor
Serge est né à Bruxelles en 1890. Autodidacte, féru
de lectures, curieux de tout, fibre sociale chevillée au
corps, assoiffé d’action, il épouse le camp anarchiste.
Il exerce tous les métiers. Part en France. Y fait de la
prison. Libéré en 1919, il rejoint la Russie
bolchevique, au pire moment, en pleine guerre civile, alors que le
pouvoir révolutionnaire vacille sous les assauts des armées
« blanches ».

Victor
Serge ne tergiverse pas. Se réunir sur l’essentiel, tel est
son credo. C”est ainsi qu’il prend lui-même les armes et
accède ensuite à d’importantes responsabilités
au sein du Komintern. Et va déchanter. Il s’inquiète
des excès de la Tcheka, la police extrajudiciaire, créée
avec la bénédiction de Lénine, qui exécute
à tours de bras. Il s’insurge contre la répression
sanglante des marins anarchistes de Cronstadt, menée de main
de fer par Trotski.

Les
bolcheviques ont vaincu. La paix est recouvrée. Mais pourquoi
diable le nouveau pouvoir multiplie-t-il les exactions, réprime-t-il
de plus belle toute dissidence, qu’elle émane des anarchistes,
des mencheviks, des sociaux-révolutionnaires et bientôt
des rangs même des bolcheviques ? La redoutable Guépéou
a succédé à la Tcheka. La répression
gagne chaque jour en intensité. L’autoritarisme se muant en
totalitarisme.

Lui-même,
Victor Serge devient un paria. Un temps, il se solidarise avec
Trotski, qui réclame plus de démocratie, et ne doit son
salut qu’à l’exil. Mais Victor Serge ne tarde pas à se
distancier du “Vieux”, pour ses excès dirigistes et
son propre sectarisme. C’était inévitable. Serge est
arrêté, rudement interrogé. Il ne cède
rien. Il est déporté dans l’extrême-Est
soviétique. Sa chance ? En 1935, tournant stratégique
de l’Internationale communiste, Moscou cherche à sortir de son
isolement diplomatique et, tandis que la terreur atteint un degré
inégalé en URSS, l’Union soviétique fait patte
de velours auprès des démocraties bourgeoises
occidentales.

En
France et en Belgique, des voix, et non des moindres – Émile
Vandervelde en tête – exigent et obtiennent, presque un
miracle, la libération de Victor Serge, lequel, après
une escale en Belgique et en France, où il est vilipendé
de toutes parts, par les staliniens, par la droite réactionnaire,
choisit l’exil au Mexique.

Victor
Serge constate : « Quelle que soit la valeur
scientifique d’une doctrine, du moment qu’elle devient
gouvernementale, les intérêts de l’État ne
lui permettent plus l’investigation désintéressée,
et son assurance scientifique même la conduit (…) à se
soustraire à la critique par les méthodes de la pensée
dirigée, qui est davantage la pensée étouffée »
.
Tout est dit. Un homme à part, un homme clairvoyant et
conséquent, un homme rare. Aux convictions plus que jamais
actuelles !

Jean
Lemaitre
groupe Ici & Maintenant

https://jeanlemaitre.com

Pour
plus d’informations, on pourra se reporter à la fiche
très détaillée consacrée à Victor
Serge dans le Maitron en ligne :

http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article50075m

Écrire un commentaire

Fil RSS des commentaires de cet article




Source: Ici-et-maintenant.group