324 visites

Lectures anarchistes • le premier roman de Gouzel Iakhina – Ici et maintenant

Lectures anarchistes • le premier roman de Gouzel Iakhina



Rédigé par ici et maintenant

16 mars 2022

Aucun commentaire


Je n’ai pas les mots pour dire
combien j’ai aimé le roman fleuve de cette jeune auteure
d’origine russe tatare, née à Kazan, ayant ensuite
étudié à l’École de cinéma
de Moscou, en s’y spécialisant dans l’art de la scénarisation.

L’action
se déroule entre 1930 et 1946 et décrit la vie de
souffrance et toute en contradictions de Zouleikha, paysanne tatare
de 25 ans (au début de l’histoire), analphabète, ne
parlant que quelques bribes de russe. Les Tatares forment en Russie
une très ancienne branche de la religion et culture
musulmanes. Ils croient en Allah, de façon curieusement
païenne. Par exemple, ils évitent de s’aventurer dans la
profonde forêt voisine, de peur que des esprits malins leur
jettent des mauvais sorts.

Début
des années ‘30: le régime stalinien renforce
(davantage encore) sa répression de toute dissidence. Dans la
région de Kazan, il s’acharne contre les Tatares, ces
“koulaks” qui refusent obstinément de rejoindre les
kolkhozes “communistes” (en réalité,
parangons de bureaucratie, d’autoritarisme et de capitalisme d’État),
en s’accrochant à leur lopin privé, et leur seule
richesse: trois vaches, deux moutons, une jument… Pour le pouvoir
en place, ce sont des nuisibles, une “espèce”
réactionnaire à éradiquer.

Des
agents de la sinistre Tchéka débarquent dans ces
villages tatars. A la force de leur fusil, ils arrachent ces paysans
à leur terre. Les jette dans des trains infects, pour les
déplacer tout au bout de la Sibérie, dans des
territoires vierges d’habitants et au climat si rude. On les appelle
des “délocalisés”. Là où ils
aboutissent, ce n’est pas tout à fait les goulags (sommet de
l’horreur), car à l’intérieur de la zone attribuée,
les déplacés disposent d’un maigre espace de liberté.
Mais les conditions de vie et de travail n’en sont pas moins
insupportables.

La jeune Zouleikha, pourtant si frêle,
y survit. Et même, elle “ouvre les yeux” et découvre
de nouveaux modes relationnels et d’existence qui, paradoxalement, la
libèrent de ce qui l’emprisonnait dans son ancien village
tatare: un mari brutal, un horizon bouché. En cette colonie
sibérienne, au bord du fleuve Angora, au bout du monde,
Zouleika nourrit son esprit de ce qui l’entoure. Au contact de cette
tribu cosmopolite de réprouvés et dissidents de toutes
origines sociales et culturelles, la jeune Tatare abandonne certains
préjugés. Elle n’a plus peur de s’aventurer dans la
Taïga. Elle se découvre aussi en femme amoureuse, (enfin)
réceptive à toute la gamme des sentiments et au plaisir
physique.

Gouzel
Iakhina a eu un mal de chien à publier ce/son premier roman.
Certains éditeurs russes lui reprochaient de raviver ce passé
d’oppression de la Russie, qu’ils préfèrent voir passé
sous silence. D’autres, au contraire, ne supportaient pas que
l’écrivaine apporte des nuances sur ces années de
plomb.

Les
lecteurs en ont pensé autrement, et bien heureusement! En
effet, “Zouleikha ouvre les yeux” a finalement connu un
immense succès en Russie. Depuis, ce magnifique récit,
écrit d’une plume flamboyante, imagée, romantique, a
déjà été traduit en 20 langues….

Le
succès récompense les audacieux et audacieuses comme
Gouzel Iakhina, qui se gardent de tous les conformismes (y compris
littéraires). Et je m’en réjouis…

Jean
Lemaître
https://jeanlemaitre.com

Gouzel
Iakhina, “Zouleikha ouvre les yeux”, Éditions
Libretto, 2021, 556 pages

Écrire un commentaire

Fil RSS des commentaires de cet article




Source: Ici-et-maintenant.group