Un quart de siècle après la mort d’Ernest Mandel (le 20 juillet 1995), cet article n’est pas conçu comme un hommage. Dans l’esprit du marxisme vivant qui était le sien, on se bornera plutôt à montrer en quoi ses écrits économiques sont toujours d’actualité, tout en esquissant les questions, anciennes ou nouvelles, qu’ils suggèrent1.

***

La diffusion du marxisme

Mandel a joué un rôle clé dans la diffusion d’un marxisme débarrassé de ses oripeaux staliniens, toujours soucieux d’établir un lien entre les analyses économiques et l’action militante. Sa première contribution importante est le Traité d’économie marxiste paru en 1962.

Cette synthèse a bénéficié d’une large diffusion internationale et contribué au renouveau d’un marxisme vivant, soucieux d’intégrer les développements récents. Le chapitre XI consacré aux crises périodiques en donne un bon exemple: Mandel y esquisse déjà une synthèse entre les théories fondées sur la sous-consommation et sur la disproportionnalité, en se référant aux contributions d’économistes tels que Harrod, Kuznets, Samuelson, Goodwin, Kalecki ou Joan Robinson. Il trouve qu’elles sont «excessivement simplifiées» mais qu’elles «apportent cependant des matériaux importants».

En 1963, Mandel donne une série de conférences durant un week-end de formation organisé par la Fédération de Paris du PSU (Parti socialiste unifié). Ces conférences donneront lieu à une brochure, Initiation à la théorie économique marxiste, qui connaîtra plusieurs rééditions. Même s’il mériterait évidemment d’être actualisé, il s’agit d’un texte remarquable, très pédagogique, et très révélateur du souci constant de Mandel de construire des ponts entre la théorie la plus exigeante et la formation des militants.

En 1967, Mandel publie La formation de la pensée économique de Karl Marx. Ce livre avait notamment l’intérêt de faire connaître une œuvre fondamentale de Marx – les Grundrisse – avant même que soit disponible la première traduction française de Roger Dangeville. Il faut li


Article publié le 20 Juil 2020 sur Contretemps.eu