Août 16, 2021
Par Le Monde Libertaire
198 visites


Il y a des jours où je me dis : Ecrire mais pour quoi faire ?

La vérité c’est que je suis toujours en quête d’un visage humain « idéal » qui puisse me dire « J’ai eu raison de venir sur terre ».

L’autre jour, je suis allée à un spectacle de jazz en plein air, munie du précieux sésame, avec mon ami en fauteuil roulant. Il faisait beau et l’atmosphère était si paisible que des mouettes ont rejoint les spectateurs. L’une d’elles s’est mise à siffler comme si elle entendait participer au concert de flûte traversière. Un vigile était debout devant nous à côté de la scène, il distribuait des chaises aux personnes sans passe sanitaire, qui désiraient assister au spectacle derrière la barrière. Il portait le masque bien entendu. Je n’aurais pas dû faire attention à lui et pourtant.

Au retour, nous nous sommes arrêtés Place Garibaldi pour attendre le bus. Et puis je l’ai vu venir vers nous, cet homme, il nous a parlé du concert, de son admiration pour la musicienne, nous avons partagé nos impressions et ses yeux étaient humides d’émotion.

Alors je me suis dit si cet homme nous a parlé, c’était aussi pour témoigner qu’il n’était pas seulement un être masqué et un vigile, il voulait aussi être reconnu comme humain.

[<a title="Image par Here and now, unfortunately, ends my journey
” class=”notebdp”>note]
Ses yeux souriaient tellement que j’ai oublié son masque pour me laisser seulement atteindre par son regard. Un homme, un inconnu, mais tout de même un homme !

Eze, le 16 Août 2021
Evelyne Trân

Adblock test (Why?)




Source: Monde-libertaire.fr