Le syndicat CGT du Centre Hospitalier Nord Deux-Sèvres demande solennellement la démission de M. Richard Ferrand, président de l’Assemblée nationale. En effet, comment oser prétendre, quand on est le troisième personnage de l’état, que l’assassinat d’une infirmière dans l’exercice de ses fonctions n’est pas un cas exceptionnel et ne relève pas de la solennité !!!??? [1] Ces propos démontrent, une fois de plus, la façon de considérer les soignants dans ce pays.

Après le drame qui a frappé une jeune soignante et toute sa famille, Mme Buzyn, encore ministre de la santé a envoyé un délégué ministériel pendant qu’elle préparait sa candidature à la mairie de Paris. Aujourd’hui, c’est le président de l’Assemblée nationale, M. Richard Ferrand, qui refuse une minute de silence à la mémoire d’Élodie. C’est toute sa famille qui est insultée, c’est toute la communauté soignante qui est bafouée !!!

C’est pourquoi le syndicat CGT du CH NDS demande :

  • Des excuses publiques vis-à-vis de la famille et des proches d’Élodie ainsi qu’auprès de tous les personnels des hôpitaux qui ont été profondément affectés par ce drame.
  • Qu’Elodie puisse recevoir l’hommage national qui lui est du sous la forme de la minute de silence qui lui a été refusée.
  • Que M. Ferrand démissionne de ses fonctions car, à l’évidence, on ne peut être le Président d’un hémicycle où le peuple français est représenté, dans son ensemble, et où ceux qui tombent dans l’exercice de leur fonction au service de leur pays ne peuvent recevoir les honneurs qui leurs sont dus, en tout cas sous la présidence de M. Ferrand.
  • Que tous les élus de la République s’associent à notre demande tant il en va de l’honneur de leur mandat et des valeurs du pays qu’ils représentent et en premier lieu Messieurs Fièvet et Chiche, députés LREM de notre département.

Face aux traitements que nous infligent ce gouvernement et ses représentants au plus haut niveau, nous encourageons tous les hôpitaux, tous les soignants, tous les personnels et la population à une mobilisation générale. Que celle-ci ne prenne fin que le jour où les revendications exprimées par le monde hospitalier aboutiront.


Article publié le 20 Fév 2020 sur Larotative.info