Novembre 14, 2020
Par Expansive
247 visites


“Il faut réouvrir les salles de spectacle”. 300 artistes se sont rassemblé.es ce vendredi 13 novembre au Triangle pour une performance.

C’est tou.tes masqué.es que nous nous sommes rassemblé.es sous la grande hall du Triangle hier midi. On nous a d’abord avertis de garder nos distances de sécurité avant d’entamer une série de prise de paroles concernant les revendications des intermittent.es pendant cette période de confinement.

Je vous transmets le communiqué de la CIP Bretagne là :

La CIP se mobilise !

Nous avons le droit de manifester : bonne nouvelle !

Combien d’entre nous se sentent aujourd’hui submergés de travail, de charge mentale, de fatigue, d’isolement, d’incertitude, de peur, de colère ?…

Nous avons envie de lutter et pourtant, un sentiment d’impuissance nous envahit, car cette crise sanitaire est réelle et cette deuxième vague anxiogène.

Nous avons une énorme détresse de ne plus pouvoir exercer notre métier ou dans des conditions tellement nouvelles, bizarres, incontrôlables, incertaines que nous en venons à questionner le sens même de notre travail.

Cette situation nous révolte. Nous voulons résister à la sidération et à la peur. Nous ne pouvons plus rester les bras croisés à regarder le monde se détruire.

Il est temps de réagir, de réfléchir ensemble à comment s’organiser, se solidariser, d’imaginer la suite et proposer une autre façon d’organiser la société.

Pour cela, nous avons d’abord besoin plus que jamais de dialoguer et se réunir, tous et toutes, tous secteurs confondus (santé, éducation, culture, recherche, chômage, précarité, etc.)

C’est dans ce but de convergence constructive que nous rejoignons le rassemblement à l’appel de la CGT spectacle au niveau national.

Voici les premières revendications des Syndicats de la CGT spectacle de Bretagne (SBAM, SYNPTAC, SFA…) :

  • Annulation de la réforme de l’assurance chômage,
  • Reconnaissance de nos activités par un salaire,
  • Ouverture des lieux de représentations dans le respect des consignes sanitaires (lieux de théâtres, collectivités territoriales, bars…).

De notre côté, la CIP Bretagne continue de revendiquer et demande de toute urgence :

  • Un plan de financement pour les salaires des artistes et technicen·nes isolé·es sans structures,
  • La prolongation de l’indemnisation pour tous·tes les intermittent·tes de l’emploi, comme cela est le cas pour les intermittent·tes du spectacle (annexe 8 et 10) et cela au-delà du 31 août 2021, c’est-à-dire jusqu’à ce que les conditions optimales soient réunies pour pratiquer nos métiers dans les conditions qu’ils requièrent, et qu’une reprise totale de l’activité soit actée,
  • La création d’une annexe de l’assurance chômage prenant en compte les spécificités de l’emploi discontinu,
  • Le fléchage des milliards d’euros octroyés aux entreprises et aux banques vers le service public Santé, Éducation, Culture,
  • Le retrait définitif de la réforme de l’Assurance Chômage dont l’application du 2è volet est prévue en avril 2021.

La CIP Bretagne

Une belle performance a suivi les prises de parole. Les artistes ont dansé en se recouvrant de masques et en simulant un die-in à la fin de la musique. Cela a fait chaud au coeur de voir des corps bouger sur de la musique et on se dit qu’on a pas envie de finir dans une société aseptisée en mode “Travail, famille, patrie” sans arts ni spectacles.

Le réseau de ravitaillement des luttes de Rennes est venu soutenir la mobilisation en organisant une distribution de produits frais. Cela a été grandement apprécié, des participant.es sont reparti.es avec des bons légumes sous le bras.

Ce moment convivial a fait du bien a tout le monde. Espérons vite revivre des moments de spectacle vivant dans nos rues et théâtres !

Une participante au rassemblement




Source: Expansive.info