Mars 15, 2021
Par Autre Futur
197 visites


Il y a quelques temps encore, “groupons nous et demain l’Internationale sera le genre humain ” et “le peuple uni ne sera jamais vaincu ” résonnaient dans les rangs d’une gauche fidèle au collectif et à la lutte des classes. Au-delà du “chanter ensemble”, ces mots illustraient une nécessaire unité politique qui, dépassant les différences intrinsèques, luttait pour l’émancipation de nos vies face aux dominations de la société spectaculaire marchande.

Mais c’était avant le succès des “nouvelles théories sociales” et l’éclatement du collectif en une myriade de sous classes genrées, racialisées, intersectionalisées, cisgenrées, …
Ces pseudo-classements “radicaux”, aux socialisations affinitaires, identitaires et égotistes, ont remplacé le “commun” en juxtaposant de multiples “small is beautiful“, parfois douillets ou sophistiques.

“Me, myself and I” – mars 2021

- En mathématique, le “small is beautiful” s’apparente au PPCD, la recherche du Plus Petit Commun Dénominateur de valeurs entières.

- En politique, cela s’appelle le DPMR : diviser pour mieux régner.

Fulano

Let’s block ads! (Why?)




Source: Autrefutur.net