La tournée des « popotes », dans les collèges et les lycées, voire les universités, des ministres macroniens pour assurer la promotion du service national universel (SNU) est d’une indécence crasse. Le paradoxe est le suivant : le président Macron, le ministre de l’Intérieur Castaner et Griveaux, le porte-parole du gouvernement, ces trois individus, qui ont des yeux de Chimène pour les forces de l’ordre et pour les militaires, ont, pour des raisons diverses et variées, échappé en leur temps à la conscription. Et voilà qu’aujourd’hui, alors qu’ils sont au pouvoir, ils veulent réintroduire l’obligation du service national et ils y rajoutent le mot « universel », pour bien montrer que personne ne pourra y échapper, y compris, les enfants des milliardaires et les amis des amis…

C’est ainsi que les petites mains qu’ils envoient en « première ligne », comme le secrétaire d’État à la jeunesse Gabriel Attal, né en 1989, n’ont pas elles non plus, effectué de service militaire, Chirac ayant mis fin à la conscription en 1997. Et, à plus forte raison, Geneviève Darrieussecq, la secrétaire d’État auprès de la ministre de la Défense puisque c’est une femme…
Voilà des personnes qui sont « appelées » à louer les bienfaits du service militaire alors : qu’elles n’ont jamais mis les pieds dans une caserne ; qu’elles n’ont jamais été contraintes de porter l’uniforme ; qu’elles n’ont jamais été confrontées à la connerie et la bêtise crasse des militaires ; qu’elles n’ont jamais eu à supporter les insultes des adjudants Kronenbourg ; qu’elles n’ont jamais été contraintes à perdre leur temps pendant 9 mois, 12 mois, 18 mois, 24 mois et parfois plus pour apprendre à marcher au pas, à tirer au fusil, à obéir sans chercher à comprendre, bref à être conditionné pour aller se faire massacrer sur les lieux de guerre, afin de sauver les intérêts des multinationales…
Ils préparent la guerre !
Le système capitaliste est en grande difficulté, tant sur le plan extérieur qu’à l’intérieur et c’est clair que de tout temps, pour résoudre les problèmes, les grands patrons, par le biais de leurs larbins les politicards, font la guerre. Ils préparent des tueries et des destructions massives. Si ce n’est pas entre Français, (guerre civile), eh bien ce sera contre d’autres peuples. Ils tuent les hommes et détruisent les villes pour leur plus grand bonheur. Car, ensuite, il faut reconstruire. Ils envoient à la mort le peuple d’en bas lorsqu’il se fait trop pressant et manifeste trop violemment. Pendant que ces Messieurs et ces Dames sont bien à l’abri, y compris des éclaboussures. Actuellement, ils préparent la guerre.
Cet internement obligatoire des jeunes ados entre 15 et 18 ans sera confié à l’Éducation nationale. Les mystificateurs et le ministre de l’Éducation, Blanquer, auront du mal à nous faire croire que c’est au nom du brassage social que sera miraculeusement réalisé par l’enfermement obligatoire de la jeunesse, « l’unité du pays ». D’autant que, pour encadrer tous ces ados, il est prévu de faire appel à des intervenants reconnus pour leurs grandes compétences éducatives (sic), comme d’anciens militaires, des gendarmes, des anciens combattants ou des stagiaires issus des grandes écoles (style Macron…) et cela au sein des établissements scolaires.
Il s’agira d’apprendre aux collégiens comment devenir des citoyens obéissants ; de faire renaître le sens du devoir et le respect de l’autorité ; de développer chez les intéressés des qualités comme : la cohésion, le courage, la bienveillance, la liberté, le respect, le devoir de mémoire, l’exemplarité, l’humilité, la probité, le dévouement, la solidarité, la responsabilité, le sens du devoir, la résilience, le goût de l’effort (sic!). Comme le dit le député de la République en marche (LREM), des qualités qui font tellement défaut aux jeunes. D’ailleurs, c’est le même Macron qui a mis en avant l’impératif d’inculquer la discipline aux jeunes, par un encadrement s’inspirant du service militaire… Il ne sait pas de quoi il parle, il ne l’a jamais fait le service militaire !
Danger !
Avant toute chose, Monsieur le Président, au lieu de donner des conseils, vous feriez bien de vous remettre en question. Ce serait une preuve d’intelligence, mais je pense que votre ego est tellement surdimensionné, qu’il efface chez vous toute manifestation d’intelligence. Pourtant, il serait bien que vous respectiez les jeunes et que, lors de vos sorties, vous cessiez de les admonester, de leur donner des leçons et qu’enfin vous les traitiez non pas comme de vulgaires choses mais comme des êtres humains responsables.
En réalité, le SNU va avoir pour but de de surveiller la jeunesse toujours plus car la classe politique se méfie d’elle comme le lait sur le feu. C’est ainsi, qu’en renforçant l’intervention de l’armée à l’école, le pouvoir confirme la dérive militaire et identitaire de la formation civique scolaire. Permettre à l’Éducation nationale de se charger, sur le temps scolaire et sous encadrement militaire, de la tâche de dressage des adolescents(es) avec la complicité de l’armée, est plus qu’un simple dérapage, c’est une dérive autoritaire qui annonce un État encore plus policier et militaire…


Article publié le 08 Juil 2019 sur Monde-libertaire.fr