Octobre 4, 2022
Par Campagne BDS France
151 visites

Le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, s’est exprimé jeudi devant l’Assemblée générale de l’ONU et a présenté des extraits de son nouveau rapport, qui sera discuté par le Conseil des droits de l’homme la semaine prochaine.

Date d’origine : 23/09/2022
Auteur : Comité national palestinien BDS (BNC)
Traduit par : JS

Le rapport du Secrétaire général des Nations unies fait état de l’utilisation généralisée de logiciels espions, en particulier du programme Pegasus de qualité militaire de la société israélienne NSO Group, à des fins d’intimidation et de représailles contre les militants des droits humains. Des militants en Palestine, au Bahreïn et au Maroc ont été détenus, torturés et agressés sexuellement par les forces de sécurité armées de logiciels espions israéliens. 

Ce rapport confirme une fois de plus la dangerosité et la létalité de cette cyber-arme, ainsi que l’ampleur de son effet paralysant sur la liberté d’expression.

M. Guterres a averti que les logiciels espions sapent le travail de défense des droits humains, comme l’illustre la violente répression des organisations de la société civile palestinienne par les forces d’occupation israéliennes.

NSO Group, qui est fier de ses liens très étroits avec le gouvernement israélien, justifie la vente de son arme d’espionnage à des régimes autoritaires en insistant sur le fait qu’il a reçu l’approbation, voire l’encouragement, du ministère israélien de la défense pour toutes ces ventes. 

L’Israël de l’apartheid teste sur les Palestiniens soumis à son régime colonial ses outils d’oppression et de répression, tels que les logiciels d’espionnage, puis les exporte principalement vers des régimes autoritaires et des dictatures du monde entier pour en tirer profit et exercer une influence diplomatique. 




Source: Bdsfrance.org