Pour le nationalisme grec il n’est de Macédoine que grecque. Qu’une province de l’ex-Yougoslavie devenue indépendante s’autoproclame Macédoine et voilà que resurgissent les vieux démons hellènes, attisés certes par l’extrême droite, mais surtout venant à point pour remettre au second plan la question sociale qui embrasait le pays depuis quelques années.


Courant Alternatif, Mensuel anarchiste-communiste