Le réseau Sortir du nucléaire, toujours affaibli par les divergences qui l’ont traversé il y a une petite dizaine d’année, lance une campagne avec en ligne de mire, une opposition aux projets d’EDF de lancer la construction d’une nouvelle génération de centrales nucléaires.

Le réseau Sortir du nucléaire ne s’est jamais vraiment remis de la crise qui l’a secoué en 2009-2010. Les désaccords ont commencé avec l’appel dit « Ultimatum climatique », signé par WWF-France, Greenpeace France, la Fondation Nicolas Hulot et Les Amis de la Terre, appel qui ressemblait « furieusement à une acceptation du nucléaire comme alternative à l’effet de serre ». Les divergences d’appréciation de cet appel ont conduit à un blocage du réseau. Depuis, le réseau reste largement affaibli. Bien qu’il existe 110 groupes et associations spécifiquement antinucléaires en France, seuls 34 d’entre eux seraient à jour de cotisations au sein du réseau. Cette situation est évidemment préjudiciable à la cause antinucléaire. Pourtant l’actualité des luttes, avec celle de Bure contre l’enfouissement des déchets, le combat pour la fermeture de la centrale « hors d’âge » de Fessenheim ou face à la perspective de relance du programme électro-nucléaire en France, imposerait de rechercher de nouvelles formes de convergence entre toutes et tous les antinucléaires.

La campagne que le réseau Sortir du nucléaire vient de lancer en ce printemps 2019 pourrait faire partie de ces éléments déclencheurs d’unité. En tout cas nous le souhaitons et invitons à y participer.

« Main dans la main avec le lobby nucléaire, le gouvernement est en train de préparer la poursuite – voire la relance – du nucléaire. Prolonger les centrales et les usines nucléaires, c’est faire fonctionner des cuves fissurées, des pompes hors d’usage, des équipements électriques vétustes, des tuyauteries corrodées… Et au lieu d’arrêter la production de déchets radioactifs, on ne compte plus les nouveaux projets : entre EPR low-cost, méga-piscine de combustibles irradiés, laverie de linges contaminés ou nouveaux lieux de stockage  de  déchets  radioactifs…  La nucléarisation des territoires est en marche ! Plus que jamais, en 2019, un sursaut est nécessaire pour empêcher la prolongation d’usines vétustes et de réacteurs  dangereux  et  bloquer  des nouveaux projets économiquement et écologiquement absurdes. C’est pourquoi le réseau Sortir du nucléaire lance sa nouvelle campagne nationale avec pour mot d’ordre : ni prolongation, ni nouvelle installation, en 2019, le nucléaire, c’est toujours non ! »

Cette campagne est construite en trois étapes. Dès à présent : « Demandons l’arrêt des centrales et installations vieillissantes ». À partir de cet été : « Nous  agirons  pour  empêcher l’installation de nouveaux projets ». Et en fin d’année : « Nous vous proposerons  des  actions  pour  se  passer  du nucléaire ». Sur son site internet Sortirdunucleaire.org, le réseau détaille précisément le déroulement de cette campagne et met à disposition des outils pour y participer.

Seb (AL Nantes)


Article publié le 16 Juin 2019 sur Alternativelibertaire.org