Novembre 6, 2021
Par Le Poing
161 visites




RenĂ© Revol, maire de Grabels aux cĂŽtĂ©s d’un manifestant, Ă©coutant les prises de paroles des associations

La matinĂ©e de ce samedi 6 novembre a vu converger devant la prĂ©fecture de Montpellier quelques 200 ou 300 personnes qui avaient pour mot d’ordre l’arrĂȘt des travaux de la route du LIEN.

L’évĂšnement, portĂ© par le SOS Oulala, Ă©tait prĂ©vu avant mĂȘme l’évacuation de la ZAD. Les Ă©vĂšnements des derniers jours (voir cet article ou celui-ci) auront donnĂ© une autre tonalitĂ© au rassemblement qui a rassemblĂ© peu ou prou toutes les tendances militantes. Les chants de la chorale militante et les percussions de la batucada ont rythmĂ© les nombreuses prises de paroles durant un peu plus d’une heure.

“Qu’importe les lois, qu’importe le dĂ©bat quand on a les moyens du plus fort”.

Ciblant le prĂ©fet Hugues Moutouh, le prĂ©sident dĂ©partemental Kleber Mesquida et celui de l’agglomĂ©ration, Michael Delafosse, le porte-parole du SOS Oulala donne le ton. Et chacun de ces 3 hommes de pouvoir en prendra pour son grade au cours des diffĂ©rentes interventions. Anv-Cop21, reprenant le tweet d’Hugues Moutouh lors de l’expulsion de la ZAD «Pas d’impunitĂ© pour ceux qui agressent les forces de l’ ordre et violent la loi», pose la question “mais qui est l’agresseur ?”, dĂ©nonçant la traque des zadistes mais faisant Ă©galement un rappel des derniĂšres exactions du haut fonctionnaire Ă  l’encontre des sans-papiers ou des bidonvilles. France Nature Environnement Ă©voquant son courrier au prĂ©fet rappellera qu’il “ne peut pas s’arroger les compĂ©tences du Conseil d’Etat et dĂ©cider lui-mĂȘme que l’autorisation qui est en cours de jugement est lĂ©gale”.

Légale ou illégale, la lutte est légitime

Sur le point de la lĂ©galitĂ© justement, le porte-parole de l’UCL rappelait Ă  juste titre que peu importe la lĂ©galitĂ© ou non de l’expulsion et des travaux, “il ne faut pas lĂącher les gens qui se font criminaliser et qui vont continuer Ă  l’ĂȘtre. La lĂ©gitimitĂ© de ce combat est Ă©cologique, sociale et dĂ©mocratique”. RenĂ© Revol, maire LFI de Grabels s’est Ă©galement exprimĂ© affirmant : “Je suis d’accord avec tout ce qui a Ă©tĂ© dit, je ne vais pas en dire plus. Il faut mettre fin Ă  l’hypocrisie. Tenir des discours dans les sommets internationaux contre le changement climatique le dimanche [M. Delafosse Ă©tait invitĂ© Ă  la COP 26 Ă  Glasgow pour parler du “modĂšle de gratuitĂ© des transports”] et signer les papiers qui vont permettre la construction du LIEN ou encore du COM [contournement ouest de Montpellier]. On continuera de se battre Ă  vos cĂŽtĂ©s”. Des occupantes de la ZAD, prĂ©sent·es en nombre, ont Ă©galement appelĂ© Ă  du soutien (hĂ©bergement, matĂ©riel, etc.) suite Ă  leur expulsion.

Projet du passé, victoire du présent ?

“Qu’on soit une commune, des mouvements associatifs ou rĂ©volutionnaires, ce qui nous porte c’est le prĂ©sent. Alors rendez-vous le samedi 20 novembre sur le tracĂ© du LIEN Ă  ST GĂ©ly. On lĂąche rien et Ă  bas le LIEN.” conclura Romain pour le SOS Oulala. Et puis nous on vous a dit plus bientĂŽt sur Le Poing.

(Pour retrouver l’intĂ©gralitĂ© des prises de paroles voir ici).




Source: Lepoing.net