Lors des tous premiers mois qui ont précédé la grève du 14 juin, le symbole de l’égalité femme-homme repris ici et là était tristement binaire et excluant avec sa flèche, sa croix, et son signe égal au centre. Rapidement, un signe plus fédérateur, même si encore binaire, a été proposé. Il s’agissait d’un poing blanc avec l’ongle du pouce rouge dans un symbole féminin sur fond violet. Vers la mi-mai, une personne trans en a proposé une version modifiée, plus proche du symbole des luttes trans, ajoutant au symbole féminin la flèche du masculin, et la flèche-croix du genderfuck. Elle a visibilisé notre implication dans la lutte pour l’égalité et les droits, et remis en question notre inclusion sous le terme « femmes* », un mot par lequel certain·e·x·s d’entre nous peinent encore à se faire reconnaître, et auquel d’autres ne se sont jamais identifié·e·x·s.

Le PS vaudois fait chier

Inconnu des partis et syndicats jusque-là, le symbole modifié a été repris par beaucoup de participant·e·x·s et sympathisant·e·x·s de la grève, d’une part, parce que visuellement, il déchire, et d’autre part, grâce à la remise en question de la dictature de la binarité de genre qu’il suggère.

Quelques mois plus tard, quelle surprise de voir le parti socialiste vaudois ajouter à son affiche le symbole des luttes trans avec le signe égal dedans, sans concéder la moindre partie de leur programme aux droits des personnes trans, sans aucune personne trans sur leur liste, et après avoir renoncé à faire inclure les personnes trans dans la loi contre les discriminations. Le PS utilise ce symbole sans aucun respect ou intérêt pour ce qu’il représente. Choix purement graphique de mettre un symbole plus « tendance » que l’ancien ? Absence totale de réflexion ? Habituelle récup’ de ce que nous avons créé, suivie de l’habituelle exclusion qu’on subit parce qu’on est trop minoritaires, trop hystériques, trop hors sujet, trop peu prioritaires dans les réflexions politiques, vu qu’on rapporte peu de voix ? Simple foutage de gueule ?

Arrêtez de récupérer nos symboles, on n’a pas besoin d’une énième trahison du camp soi-disant progressiste.

Le PS vaudois fait chier

Article publié le 21 Oct 2019 sur Renverse.co