Mai 29, 2017
Par Rebellyon
289 visites


Ce matin, mauvaise surprise : un article en pleine page de l’action du GUD sur Lyon dans Le Progrès.

Un coup de “buzz” où l’on apprendra que des gudards ouvrent un foyer pour héberger “des Français” (comprendre des blancs). La journaliste Sophie Majou ne se donne jamais la peine de nous dire qui sont les gens à l’origine de cette initiative et se contente d’être le relai de la com’ du GUD.

Elle aurait pu par exemple nous parler un peu de ce groupe, le GUD, bien connu comme étant une bande raciste, antisémite, homophobe, spécialisée dans la ratonnade et l’attaque crapuleuse.

Un simple tour dans les archives et elle aurait pu nous ressortir l’attaque d’un couple métis. Ou encore que leur leader national, surnommé le Duce en référence à Mussollini ,est poursuivi avec deux amis de la porcherie qu’est le gud pour une agression (humiliation, acte de barbarie..) d’un de leurs ex-copain.

Au lieu de ça, Le Progrès nous gratifie d’un article en pleine page en début de journal où la communication de leur chef est reprise mot pour mot. On en aurait presque l’impression que ce sont de sérieux bienfaiteurs et presque envie de les croire lorsqu’ils disent que l’Etat et les associations prioriseraient les étrangers, ce qui est évidemment faux (donc c’est pas dans Le Progrès).

JPEG - 231.4 ko

Pourtant, Le Progrès nous a plutôt habitués à une couverture négative des squats sur Lyon. Lorsque c’est pour traiter des squat de gauche qui accueillent sans aucune condition de race, genre, sexualité etc., on a souvent droit à un dénigrement systématique. Avec les nuisances, l’avis du voisin facho, la parole de la police etc.

Mais là, on sent que ça plait, et pas seulement à la journaliste : le choix éditorial de la pleine page est aussi révélateur de l’attrait de cet événement.

Pour un droit à un hébergement effectif pour toutes et tous sans distinction.




Source: