Décembre 12, 2022
Par Rapports De Force
184 visites

Ce lundi s’ouvre un procès rare à la cour d’assises de Paris : celui d’un brigadier-chef, Alexandre M., jugé pour avoir éborgné le syndicaliste Laurent Théron en 2016. Trois jours d’audience sont prévus. Le policier comparaît pour « violences volontaires par personne dépositaire de l’autorité publique, ayant entraîné une mutilation ou une infirmité permanente ».

Rappel des faits : le 15 septembre 2016, alors que les forces de l’ordre dispersent une manifestation contre la loi travail, Alexandre M. jette une grenade de désencerclement, place de la République à Paris. L’explosion atteint l’oeil droit de Laurent Théron, secrétaire médical au sein de l’AP-HP et syndicaliste chez Sud Santé. Malgré plusieurs opérations chirurgicales successives, ce dernier en perd définitivement l’usage.

« Il n’y a pas d’esprit de vengeance. Je ne veux pas de prison (…) Envoyer un policier aux assises, c’est déjà une victoire (…) Ce n’est pas une affaire policière mais des affaires », a commenté le premier concerné auprès de nos confrères de Streetpress, avec la volonté de dépasser son cas individuel. Pour son avocate Lucie Simon, ce procès pourrait ainsi être : « l’occasion de s’interroger sur la dangerosité des armes utilisées en maintien de l’ordre, des armes qui peuvent mutiler, voire tuer. »

Armes non létales : un projet de société mutilante

N’attendant « rien de l’institution judiciaire », le collectif Désarmons-les, qui soutient Laurent Théron, a organisé un contre-procès. Des tribunaux populaires se sont tenus le 11 novembre et le 11 décembre. Plusieurs victimes de violences policières et leurs proches y ont pris la parole. « Plus de 66 personnes ont perdu l’usage d’un œil en 25 ans, dont près de 40 au cours du premier mandat de Macron », rappelle le collectif Désarmons-les, qui en a dressé la liste, avec des portraits individuels.




Source: Rapportsdeforce.fr