Comme le chantait Guy Béart, « Le premier qui dit la vérité, il doit être exécuté ». L’inspecteur du travail Anthony Smith est sanctionné pour avoir dit la vérité avant tous les autres. Il a appuyé les élues du personnel qui demandaient, pour elles et leurs patients, des équipements de protection individuelle et notamment des masques, dans une période où le gouvernement expliquait que les masques étaient inutiles !

Maintenant, l’obligation du port du masque s’étend et se généralise, dans les endroits clos, dans de plus en plus d’espaces publics, dans les entreprises… La logique serait de remercier Anthony Smith d’avoir eu la sagesse d’exiger le port du masque, au lieu de cela, le ministère, après l’avoir mis à pied pendant 4 mois, vient de décider en plein mois d’août de le sanctionner en lui imposant un déplacement disciplinaire, soit géographique (changement de département avec toutes les conséquences pour lui et sa famille), soit professionnel, soit les deux.

Les personnes retraitées remercient doublement Anthony Smith : plus de 10 000 morts dans les Ehpad et établissements, plus de 80 % des personnes décédées étaient retraitées ! Il fallait absolument les protéger, il fallait imposer le masque aux aides à domicile qui leur rendent visite et risquent de transmettre le mortel virus Covid-19.

Le gouvernement a préféré sacrifier les retraité·es, mettre en avant le travail au détriment de la santé, amplifier la répression, sanctionner un inspecteur du travail pour mettre au pas toute l’inspection du travail et la priver de son indépendance.

Les retraité·es de Solidaires, UNIRS, demandent l’annulation immédiate de la sanction d’Anthony Smith. A défaut, nous soutiendrons Anthony Smith qui fera appel au tribunal administratif.

Anthony sanction

Documents à télécharger

Article publié le 16 août 2020


Article publié le 16 Août 2020 sur Solidaires.org