Mai 2, 2022
Par Archives Autonomie
250 visites

(Ce texte, écrit par un camarade algérien, est publié ici pour montrer les effets de la passivité des travailleurs français sur la conscience des travailleurs algériens. Nous ne sommes pas d’accord avec les positions de l’auteur sur les méthodes de lutte contre la guerre colonialiste : notre propre position a été exposée dans un précédent numéro).

… Mais le GRPA en acceptant le principe de l’autodétermination c’est-à-dire le libre choix des Algériens, pose le problème des garanties et des conditions d’application de cette autodétermination. Car, certain à l’avance du résultat, il sait que les Algériens choisiront l’indépendance si la consultation populaire se déroule librement et sans contrainte.

Pris ainsi à son propre piège De Gaulle évoque l’éventualité d’une balkanisation de l’Algérie dans le cas où ses habitants opteraient pour ce qu’il appelle “le désastre, la misère et la terreur” c’est-à-dire l’indépendance.

“Je suis sûr que les Algériens choisiront de rester avec la France et qu’ils opteront pour une Algérie algérienne”.

Qu’est-ce que cette Algérie algérienne de De Gaulle sinon une nouvelle mystification ? Qu’on jette les bases d’un soi-disant état fédéral avec son exécutif et son législatif il n’y a là rien d’étonnant.

Après l’échec des conversations préliminaires de Melun entre le gouvernement français et le GPRA la politique dite gaulliste se démasque une fois de plus aux yeux du monde comme étant la plus colonialiste, la plus chauvine et la plus bornée des politiques. Comme ses prédécesseurs, De Gaulle s’est révélé incapable de résoudre le problème. Il n’a fait que l’aggraver dans la poursuite d’une guerre qu’il sait lui-même perdue pour la France.

La 5ème République agonise à son tour. Et les factieux d’Alger après leur tentative du 24 janvier se préparent déjà à prendre la succession, et à faire de la France une seconde Algérie.

La gauche, par ses erreurs, sa division et son impuissance laissera-t-elle s’instaurer sans agir un régime de dictature militaire ? Conséquence de la guerre d’Algérie le fascisme n’est-il pas inévitable en France ?

Les tentatives d’une union des forces démocratiques de gauche pour imposer par des mouvements de masse une solution à la guerre d’Algérie se sont toujours soldées par des échecs cuisants. Pourtant, tous reconnaissent que la guerre actuelle est une guerre impérialiste et injuste. Mais l’état d’esprit du peuple français en faveur de la paix négociée ne s’est pas exprimé d’une façon générale par des actes de protestation et d’effervescence souhaités. La conscience qu’il a de la nature réactionnaire de la guerre n’a pas décidé celui-ci à agir par dessus la tête des partis traditionnels qui pratiquent ouvertement une politique anti-prolétarienne et bourgeoise.

Le peuple Algérien dans sa lutte de libération était en droit d’exiger des partis de gauche, en plus de la reconnaissance et de la défense du droit à disposer de lui-même, une aide matérielle effective et inconditionnelle. Car la lutte que mène le peuple Algérien contre le colonialisme et l’impérialisme est aussi la leur. Mais ces Messieurs de la gauche oublient que pour atteindre leur but il faut aussi lutter contre toute oppression en aidant les opprimés.

“Un peuple qui en opprime un autre ne peut être un peuple libre”.

Par leurs erreurs ces chauvins de gauche ont fait le jeu non seulement de leur bourgeoisie nationale mais aussi des factieux qui espèrent dans l’asservissement de l’Algérie instaurer un régime réactionnaire dont le parti ouvrier ferait les frais.

Devant cette perspective est-il donc besoin de répéter à ces aveugles que la cause du peuple Algérien est étroitement liée à celle du peuple français ? Ce n’est pas seulement l’avenir de l’Algérie qui est menacé, mais bien celui de la France qui est en jeu.

(à suivre)




Source: Archivesautonomies.org