GLI F4. C’est le nom de la grenade lacrymogène qui a arraché la main d’Ayhan le 1er décembre 2018 lors de la manifestation des gilets jaunes à Tours. Une grenade lacrymogène « instantanée », mais qui ressemble à s’y méprendre à la grenade lacrymogène classique, dont la dangerosité est inférieure. Comme cela est écrit dans le rapport conjoint de l’IGPN et de l’IGGN de novembre 2014, « lancée à main ou tirée au LGGM COUGAR, la GLI F4 combine un effet lacrymogène et explosif » et est « susceptible de mutiler ou de blesser mortellement un individu ».

Pour justifier son emploi, l’État prétend qu’elle « est l’ultime recours pour se dégager d’un groupe agressif ». La vidéo publiée par le journal Libération montre toutefois que la grenade qui a grièvement blessé Ayhan a été lancée au milieu d’une foule calme.

« Les faits de la procédure n’ont pu être clairement établis par l’enquête » écrit le procureur de la république dans sa décision de classement sans suite de la plainte d’Ayhan suite au rapport de l’IGPN. Rappelons que la démarche de l’IGPN, uniquement menée en interne au sein de la police, n’a rien d’une enquête, qui suppose toujours le respect du principe du contradictoire. Avec à tout le moins les auditions de la victime et des témoins, suivies de confrontations et d’une reconstitution des faits en cas de divergence sur leur déroulement. En l’espèce, s’impose également l’audition de la préfète du département qui avait la charge de garantir le droit de manifester et la sécurité de la population.

La section tourangelle de la Ligue des Droits de l’Homme est indignée par la décision de classement sans suite du parquet de Tours qui fait fi de l’article préliminaire du code pénal selon lequel « l’autorité judiciaire veille à l’information et à la garantie des droits des victimes au cours de toute procédure pénale ». Elle assure Ayhan de sa profonde sympathie et lui apportera un soutien vigilant dans son combat.


Article publié le 13 Sep 2019 sur Larotative.info