Janvier 20, 2022
Par CNT
205 visites

Sommaire :

150 ans de la Commune de Paris

  • La Commune, pour moi, c’est 
 ?
  • Rimbaud, « Solde Â»
  • Les Femmes dans la Commune : Louise Michel et Nathalie Lemel
  • Pierre Kropotkine : « La Commune de Paris Â»

Les luttes locales

  • Amendes distancielles, reconnaissance faciale

  • Le sport, aliĂ©nation ou Ă©mancipation ?
  • Point de vue : la culture en mal-ĂȘtre – Les Sons of Biche
  • 5G, plus de dĂ©bit et de connectivitĂ© pour moins de vie et de rĂ©alitĂ©
  • Amazon Briec
  • 8 mars 2021
  • AESH : tĂ©moignage d’une camarade de Brest
  • BrĂšves locales

De par le monde


  • Interview de Pounz
  • Interview de Ced, syndiquĂ© CNT, activiste hip-hop, compilation en soutien Ă 
    Pablo Hasél
  • Vos dĂ©serts font dĂ©sordres
  • « Jeunesse confinĂ©e, jeunesse sacrifiĂ©e Â»
  • Travail social en lutte
  • S’en sortir
  • « Et alors je pleure Â»
  • « On baissera pas les bras Â»

Édito :

Un Ă©dito c’est pour commencer
 Et lĂ  que dire, par quoi commencer ? Avec une annĂ©e marquĂ©e par un contexte si fragile pour l’ensemble de la population, tant sur le plan sanitaire, qu’économique ou social, les sujets sont aussi difficiles que nombreux. Le ras-le-bol gĂ©nĂ©ral, nous le vivons, nous le percevons tous les jours, aprĂšs une annĂ©e dictĂ©e sous des ordres de confinement, couvre-feu, fermetures, interruptions de nos relations sociales.

Mais ce ras-le-bol, cette colĂšre, s’expriment largement dans les luttes menĂ©es actuellement. Les manifestations contre la loi de sĂ©curitĂ© globale Ă©taient des occasions de montrer que nos revendications sont loin d’ĂȘtre confinĂ©es, que la jeunesse n’est surtout pas prĂȘte Ă  se taire. Depuis novembre, elles continuent de rassembler en nombre. Elles sont Ă  la fois des espaces de lutte et d’expression des colĂšres. Les colĂšres qui malheureusement perdurent depuis longtemps : politiques sĂ©curitaires, violences policiĂšres, montĂ©e du fascisme. A celles-ci s’ajoutent de plus rĂ©centes avec des mesures liberticides toujours plus nombreuses depuis le dĂ©but de la crise sanitaire : loi sĂ©curitĂ© globale, fichage des individus, loi de gestion des urgences sanitaires… Tout est fait pour que le Monarque ne subisse pas l’opposition !

Ajoutez Ă  cela un zeste de 5G, dĂ©ployĂ©e malgrĂ© les manifestations et pĂ©titions qu’elle a gĂ©nĂ©rĂ©es… Mais comme toujours la classe dominante n’a que faire des prĂ©occupations du peuple (ces sauvages amish-gauchistes)… Et pour finir, la grande nouveautĂ© du passeport vert, parce que le vert ça fait Ă©colo, beaucoup plus tendance que l’étoile jaune ! Mais rĂ©jouissons-nous, ce ce systĂšme qui conduit l’humanitĂ© Ă  sa perte touche Ă  sa fin, et il le sait. Face Ă  la menace de son anĂ©antissement, il met tout en Ɠuvre pour sauver les meubles, affichant aux yeux de toutes et de tous son ignominie.

Profitons donc de cette belle occasion qu’est l’anniversaire des 150 ans de la Commune pour descendre dans la rue, se retrouver, Ă©changer, crĂ©er, avec nos amie.s. acteurs et actrices de la culture qui occupent depuis plusieurs semaines les thĂ©Ăątres, construire, et vivre. Les luttes en cours conciliĂ©es avec l’hommage aux Communards et aux PĂ©troleuses sont l’occasion pour la CNT interpro-Brest d’affirmer son positionnement, et de le clarifier, si nĂ©cessaire. Et finissons en chanson en plagiant un peu Zoufris Maracas : nous on vous Ă©crit un p’tit Ă©dito, parce qu’on sait “pas trop comment vous dire, qu’une petite rĂ©volution nous redonnera tous le sourire !”.






Source: Cnt-f.org