Janvier 22, 2021
Par Sans Nom
346 visites


Dans le petit concours de calculettes auquel se livrent depuis une semaine les larbins du pouvoir pour dĂ©noncer le nombre d’antennes-relais sabotĂ©es depuis un peu moins d’un an, le coordinateur national anti-terroriste avait balancĂ© au Figaro le chiffre de 102, puis les journaflics d’Europe 1 l’avaient redescendu Ă  70, et voici que ce 22 janvier 2021, « les enquĂȘteurs en charge de ces dossiers Â» ont dĂ©cidĂ© de dĂ©crisper un peu leur mĂąchoire pour livrer le leur Ă  la radio la plus Ă©coutĂ©e du pays (RTL), tout en pointant le caractĂšre hĂ©tĂ©rogĂšne des saboteurs soupçonnĂ©s (ah tiens, la fumeuse « ultra-gauche Â» ne serait donc pas la seule ?). Selon eux, ce sont ainsi  « 121 antennes-relais [qui] ont Ă©tĂ© vandalisĂ©es depuis mars dernier et le premier confinement».

Bon, au-delĂ  du fait qu’ils se sont bien gardĂ©s Ă  chaque fois de les livrer Ă  une publicitĂ© certainement trop incitative Ă  leur goĂ»t afin de ne pas donner de mauvais exemple, l’important reste tout de mĂȘme ailleurs, comme cela a dĂ©jĂ  Ă©tĂ© dit : « qu’importe, au fond, pour qui sait qu’un tel nombre de sabotages subversifs –rĂ©el ou Ă  rectifier– cache quelque chose de bien plus important : la dimension qualitative de l’agir, celle que chaque individu qui les a menĂ©s a pu effleurer l’espace d’un instant en reprenant sa vie en main
 Â»


121 antennes-relais dégradées en France depuis mars :
qui sont les saboteurs ?

RTL matin, 22 janvier 2021

MalgrĂ© des arrestations dans plusieurs enquĂȘtes, les policiers ne parviennent pas Ă  dĂ©finir un profil type chez les personnes qui dĂ©gradent les antennes-relais, mais des sensibilitĂ©s se distinguent.

RTL vous le rĂ©vĂ©lait ce vendredi 22 janvier : 121 antennes-relais ont Ă©tĂ© vandalisĂ©es depuis mars dernier et le premier confinement. Le chiffre a Ă©tĂ© rĂ©vĂ©lĂ© par les enquĂȘteurs en charge de ces dossiers. Des antennes incendiĂ©es, des sites sur lesquels des cĂąbles ont Ă©tĂ© sectionnĂ©s
 les dĂ©gradations ont particuliĂšrement eu lieu sur la pĂ©riode avril-juin 2020, dans les zones rurales du Sud-est du pays. Dans une trentaine d’enquĂȘtes, des suspects ont Ă©tĂ© arrĂȘtĂ©s, mais aucun profil type ne s’est dĂ©gagĂ©.

Anti-5G, ultragauche, phĂ©nomĂšne de mimĂ©tisme, ultra-jaunes
 Les individus interpellĂ©s jusqu’à prĂ©sent ont entre 20 et 50 ans, issus de toutes les catĂ©gories socio-professionnelles. L’ultragauche est particuliĂšrement visĂ©e car elle revendique parfois clairement les dĂ©gradations. Par exemple, un message est toujours en ligne sur le blog Indymedia, rattachĂ© Ă  ce mouvement. « Nous avons incendiĂ© l’antenne de Jarrie dans la nuit du 17 au 18 mai Â», peut-on lire.

On peut aussi trouver des modes d’emploi pour dĂ©truire des antennes-relais sur diffĂ©rents sites liĂ©s Ă  l’ultragauche : matĂ©riel nĂ©cessaire, mĂ©thode, prĂ©cautions Ă  prendre
 un petit manuel pour dĂ©butant. Selon eux, ces installations symbolisent la sociĂ©tĂ© capitaliste, surtout Ă  l’heure de la crise sanitaire oĂč le tĂ©lĂ©travail s’est dĂ©mocratisĂ©. Les tĂ©lĂ©communications sont devenues essentielles au fonctionnement des entreprises. S’attaquer aux antennes-relais est pour eux un moyen de dĂ©sorganiser l’État.

Des cibles faciles d’accùs

« Les antennes-relais dĂ©figurent les paysages Â», peut-on lire sur un autre site affiliĂ© Ă  l’ultragauche, dans un Ă©crit qui se veut philosophique : « les babillages et bavardages des masses rĂ©vĂšlent le vĂ©ritable vide communicationnel Â».

Les installations sont des cibles faciles car elles sont isolĂ©es, en zone rurale. Les individus auteurs de dĂ©gradations se rendent sur les lieux la nuit, Ă  vĂ©lo, Ă©quipĂ©s d’un petit pneu, de brouette par exemple, quelques chiffons et un produit inflammable. Tout ça tient dans un sac Ă  dos et l’opĂ©ration se fait de maniĂšre trĂšs rapide, quinze minutes suffisent, selon le manuel en ligne.

S’attaquer Ă  du matĂ©riel permet Ă©galement d’éviter des poursuites plus lourdes. L’ultragauche l’a bien compris. Mener une action directe mais discrĂšte et ne pas s’en prendre Ă  des cibles humaines, telle est la doctrine du mouvement. Le parquet antiterroriste, par exemple, n’envisage pas de se saisir de ces dossiers.




Source: Sansnom.noblogs.org