par Frédéric Lemaire,

Dans un tweet publié le 3 juin, la régie publicitaire du Monde annonce fièrement la transformation du quotidien… en dépliant publicitaire pour le groupe MAIF. Une nouvelle démonstration de la dépendance exacerbée d’une partie de la presse écrite vis-à-vis de ses annonceurs.

La vidéo montre, sobrement, une personne feuilletant l’édition du Monde du 4 juin. Avec, s’étalant sur plus de 20 pages du quotidien, un large bandeau où défile un message publicitaire du groupe MAIF.

La régie publicitaire du Monde, qui poste la vidéo, se réjouit d’un « dispositif inédit » dans lequel l’annonceur bénéficie d’une « exclusivité totale sur l’ensemble des emplacements publicitaires pour déployer son discours ».

Il suffit de lire les commentaires pour constater que cet enthousiasme n’est pas vraiment partagé : « donc on paie (cher) pour qu’un cinquième de la page soit de la pub… vous étonnez pas de moins vendre de papier » ; un autre s’interroge : « c’est un journal ou un prospectus payant ? » Et plus simplement : « angoisse ».

Démonstratif, ce message montre à quel point la crise de la presse écrite a conduit à légitimer, y compris au sein des « grands » quotidiens, l’emprise des annonceurs, des régies publicitaires et l’invasion de réclame [1]. Il nous rappelle que la mainmise de quelques groupes industriels sur la plupart des médias n’est pas la seule menace sur l’indépendance journalistique induite par le modèle économique dominant ; la dépendance à l’égard des annonceurs, elle aussi, ne cesse de s’accroître.

Frédéric Lemaire

Acrimed est une association qui tient à son indépendance.
Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions.
Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.


Article publié le 17 Juin 2019 sur Acrimed.org