Octobre 25, 2017
Par Union Syndicale Solidaires
140 visites


Les accusations absurdes de terrorisme portées contre 11 défenseurs des droits humains, dont la directrice et le président d’Amnesty International Turquie, ne résistent pas à l’examen, a déclaré Amnesty International alors que le procès de ces personnes débute à Istanbul et à Izmir.

Les charges qui pèsent sur ces militants – passibles de peines d’emprisonnement d’une durée pouvant aller jusqu’à 15 ans et exposées dans deux actes d’inculpation qui doivent être examinés dans le cadre de deux procès distincts – sont totalement dénuées de fondement.

« Dès leur placement en détention, il a été clair qu’il s’agissait de poursuites motivées par des considérations politiques, destinées à faire taire les voix critiques en Turquie », a déclaré John Dalhuisen, directeur du programme Europe d’Amnesty International.

[…]




Source: