Très honnêtement… Est-il vraiment possible qu’il y en ait encore parmi vous qui puissent croire ne serait-ce qu’un seul instant, une seule seconde, qu’il y aura un monde d’après la pandémie de Coronavirus ou Covid-19 ? Peut-on raisonnablement être aveugle ou s’aveugler à ce point ? J’ai bien conscience que tout cela est bien humain… L’espoir heureusement a toujours sauvé de la folie, de la mort, de la grave dépression des millions d’êtres humains qui, sans cette infime lueur ou ce grand feu ,auraient sombré. Mais enfin, je sais bien que les réalistes, ceux qui se contentent d’observer de la manière la plus pragmatique et objective possible la réalité ont toujours été sujets du plus grand mépris, agonis des injures les plus humiliantes et infamantes et que tout au long de l’Histoire on les a le plus souvent fait taire en les assassinant ou par la peine capitale, en les emprisonnant, en les exilant, en les torturant et par tous les moyens de dissuasion, d’intimidation et d’étouffement possible. La philosophie réaliste ou objective a toujours été maudite et rejetée avec la plus grande force. Pourquoi ? Tout simplement parce que le réaliste fait peur et surtout gêne car certaines réalités entravent ou perturbent des appétits de pouvoir, de domination, des mainmises, elles perturbent aussi des complots de toute taille, des tractations et autres messes basses, bref, certains ne peuvent pas aussi aisément qu’ils le souhaiteraient arriver à leurs fins… Et dans ce cas là on fait taire comme on le peut l’élément perturbateur… Je vais donc me voir attribuer tous les qualificatifs infamants réservés aux réalistes, mais pour moi cette objectivité qui observe le monde et les humains avec la plus grande honnêteté et lucidité d’esprit possible, n’est pas seulement une nécessité absolue dans les domaines de la recherche et des sciences fondamentales, mais aussi dans ceux des sciences humaines et sociales et donc dans celui essentiel de la philosophie. Peut-être que, et je ne peux que le souhaiter, après tout car je suis concerné vivant dans ce triste XXIe siècle et étant confiné comme toute la planète depuis le 16 mars 2020, je fais effectivement preuve comme souvent d’un pessimisme vraiment exagéré et d’un horrible cynisme.

Peut-être… mais alors que quelqu’un me dise, posément avec un raisonnement des plus rigoureux et des arguments absolument imparables, comment les quelques dizaines de familles et les 1% des plus riches de la planète vont nous dire dans ce fameux monde d’après la pandémie : « OK, les p’tits gars, il faut peut-être qu’on révise un peu notre fonctionnement et nos orientations, après tout il est peut-être possible que l’on puisse se faire autant de fric avec vos énergies renouvelables et autres gadgets d’écolos qu’avec nos énergies fossiles, notre mal-bouffe et tout notre arsenal chimique venez voir un peu qu’on en discute autour d’un bon verre ». Certes, si ces chers Messieurs se rendent enfin compte (en ouvrant les yeux de manière réaliste sur le monde d’avant…) qu’après tout eux aussi se sont mis dans une sacrée merde et qu’ils risquent finalement de pâtir du dérèglement climatique, de la destruction des écosystèmes, de celle de millions d’espèces et des possibles virus inconnus qui montrent leur nez alors oui, et alors seulement, ils essayeront d’inventer avec toutes les bonnes volontés un monde d’après… Mais l’humain étant ce qu’il est, il faudrait vraiment que la peur les saisisse à la gorge, qu’il craignent pour leur petite personne ou bien sûr que des mouvements citoyens mondiaux soient assez puissants pour faire chuter leurs revenus en capitaux de manière particulièrement alarmante… Un monde entièrement basé sur l’économie et le capitalisme financier ne peut vaciller et même s’écrouler que si l’on peut ébranler suffisamment sa base comme n’importe quel autre système…

Le Monde d’après n’est possible que par la prise de conscience décrite plus haut de ceux qui gouvernent le monde et sont largement au-dessus des États-nations qui sont totalement sous l’emprise de la puissance absolue de leurs lobbies et multinationales ou par la réussite d’une révolution citoyenne mondiale capable de faire vaciller dangereusement ou s’écrouler leur édifice. Sans cela, je vois vraiment mal comment le Monde d’avant ne reviendrait pas en force et en bien pire qu’il n’était (si cela est possible d’imaginer pire…). Il est évident que la grande obsession, l’idée fixe de ces Messieurs ce sera de rattraper le plus vite possible le retard pris, les milliards de bénéfices perdus et que pour cette reprise en main de l’économie et de la croissance mondiales, nous serons tous fortement enjoints à nous mettre la tête dans le guidon, que le joug sera encore plus lourd qu’avant sur nos cous, les coups d’aiguillons nous larderont plus frénétiquement que jamais le dos et les étriers nous déchireront sauvagement les flancs pour nous faire aller au triple galop… L’esclavagisme mondial et la machine à déshumaniser tourneront à plein régime à en faire fumer le moteur et à en péter les courroies de transmission… Mais… je suis d’un si bas réalisme… Décidément, il y a des gens totalement inamendables, irrécupérables… Et vous ? Vous qui à longueur de débats radiophoniques ou télévisuels essayez d’imaginer ce fameux Monde d’après la pandémie du Coronavirus, êtes-vous sûrs de quelque chose ? Même de la plus modeste des mesures proposées ? Croyez-vous encore (espérez-vous…) que des changements radicaux soient possibles, que des révolutions majeures dans nos comportements quotidiens soient envisageables et surtout puissent rapidement se mettre en place dans les esprits et donc les attitudes et les habitudes ? Car ce Monde d’après ne peut être possible, vous en avez bien conscience, que par un véritable séisme culturel et comportemental. Ce sont au moins de trois siècles de conditionnements et d’habitudes prises sous la contrainte de la force imposée par la société industrielle et le capitalisme dont les êtres humains vont devoir se déprendre… Ce n’est vraiment pas une mince affaire. D’autant plus que… l’Histoire de notre espèce l’a toujours hélas prouvé jusqu’à maintenant, nous avons toujours été absolument incapables de retenir ses leçons… Ainsi, une fois de plus, nous sommes seuls, terriblement seuls, avec notre destin collectif entièrement entre nos mains… La grande différence c’est que cette fois-ci il s’agit carrément de nous sauver du suicide involontaire de notre espèce car c’est bien cela vers quoi nous entraîne la conduite totalement démente et d’un effroyable égoïsme de certains, la disparition pure et simple de l’espèce humaine sans catastrophes naturelles (car ici les catastrophes sont engendrées par des comportements tristement humains…), sans gigantesque météorite, sans terrifiantes explosions volcaniques mais par notre comportement totalement irresponsable et la folie des pleins pouvoirs qu’offre la toute puissance de l’Argent et la terrible notion de valeur donnée aux choses, aux êtres et au travail…


Article publié le 02 Août 2020 sur Monde-libertaire.fr