Appel aux élus de la municipalité de Lyon, aux communes de la métropole et alentours à se prononcer sur la 5G après les villes de Bordeaux, Nantes…

Appel à se mobiliser : « Le monde d’après » c’est sans la 5G !

Ce texte est issu d’un communiqué de la coordination Stop 5G Lyon à destination des élus de Lyon et métropole, les appelant à prendre position sur la 5G à l’instar d’autres grandes villes comme Bordeaux… face aux enjeux sanitaires, écologiques et démocratiques de la 5G et du tout numérique. Il s’agit aussi plus globalement d’un appel à se mobiliser, qui s’adresse à tous.

Depuis plus d’un an des collectifs se constituent ou s’élargissent pour alerter les élus, résister à la 5G et au tout numérique, informer sur ses graves problématiques sanitaires, climatiques et de remise en cause des libertés.

Les alertes se multiplient :

393 scientifiques dénoncent depuis septembre 2017 l’absence d’études préalables et la disparition des zones blanches alors que 5% de la population ne supportent plus l’exposition aux ondes électro magnétiques [1].

1600 astronomes [2] réagissent aux conséquences sur le lancement de plus de 40 000 satellites nécessaires à son fonctionnement tout comme les météorologues [3].

Récemment la convention citoyenne a reconnu son inutilité ainsi que « son important coût énergétique (la 5G générerait plus de 30 % de consommation d’énergie carbonée en plus, généralisant le tout-électrique et numérique) » [4].

En plus de cette croissance exponentielle écologiquement absurde qu’elle annonce, la 5G, en parallèle des compteurs communicants, menace de renforcer l’utilisation des données à des fins de contrôle social ou de surveillance, permettant techniquement la mise en place des dispositifs sécuritaires et gestionnaires de la « Smart City ».

Des expérimentations, sans débat démocratique préalable, ont fait de la ville de Lyon et des communes aux alentours un laboratoire à ciel ouvert et des lyonnais, des cobayes.

Aucune information n’est transmise aux populations, que ce soit sur les fréquences ou sur le niveau de puissance utilisé par les opérateurs durant ces expérimentations.

Plus précisément sur Lyon une quinzaine d’antennes sont expérimentées par Bouygues Télécom ainsi que des plateformes d’application notamment au sein de la gare de la Part Dieu afin d’automatiser toujours plus les services publics et les vider ainsi de la présence humaine [5].

Déjà des milliers d’usagers se perdent dans les méandres de l’automatisation (voir les rapports annuels du défenseur des droits) et le rapport Cap 22 publié en 2018 promet un service public d’ici là géré par des chatbot, des algorithmes dans les domaines de la protection sociale, en passant par la santé, jusqu’à l’éducation. Et bien d’autres encore…

Des communes dans le Rhône commencent à prendre position comme à Vernaison où vient d’être annulée la pose d’une antenne 5G. [6]

Un mouvement international se dessine avec des résistances partout en Europe (Italie, Belgique, Suisse, Angleterre, Espagne) mais aussi aux Etats-Unis et au Canada.

Une société submergée d’ondes par la pose d’antennes tous les 100 mètres, de gadgets connectés jetables pouvant suivre à la trace tout être humain, transformant nos faits et gestes en données commercialisables, est-elle désirable ?

La “Smart City” ou “Safe City” est un modèle dépassé : une énième fuite en avant technologique, inutile et imposée.

Loin de répondre aux besoins des collectifs, la ville dense et connectée est même bien loin de faire rêver les Français [7], portée avant tout sur la perpétuation du modèle industriel.

L’heure est à la défense de nos libertés et de l’intérêt général, pas celui des opérateurs de téléphonie mobile ou des industriels (marché du développement des objets connectés, de la reconnaissance faciale, de l’intelligence artificielle, de la voiture autonome qui communiquera par la 5G).

L’heure est à la sobriété, à la remise en cause de la 5G et de la marche forcée du tout connecté.

Pour toutes ces raisons non exhaustives nous appelons à des débats publics et à une prise de position de la ville de Lyon et des communes du lyonnais.

Pour quelques gigas de plus, est-ce vraiment le monde que nous voulons ?

Une réunion publique aura lieu à la maison de l’écologie le 11 septembre 2020

Un ciné débat à St Bel le 15 septembre 2020

Une journée d’action sur Lyon le 19 septembre 2020, veille de la mise aux enchères

voir programme sur https://linky-non-merci.info/appel-circ-2020

Nous appelons à soutenir cette action et à nous rejoindre nombreux.

PNG - 4 Mo

La coordination stop 5G Lyon*

*Composée à ce jour des associations les Décablés, Ly’ondes, le SERA, le collectif info Linky 5G SOL, le groupe écologie en résistance et habitants de Lyon et du lyonnais


Article publié le 21 Août 2020 sur Rebellyon.info