Le “ kiosque” de l’entreprise Cellebrite muni du logiciel UFED-InField, est un système d’intrusion dans les téléphones mobiles capable d’aspirer et de traiter toutes les données d’un téléphone portable en moins de dix minutes. Actuellement, en France, les téléphones saisis doivent être envoyés dans un des 35 centres spécialisés de la police technique et scientifique, qui sont souvent embouteillés. En tout, cinq cents commissariats doivent en être équipé d’ici 2024, pour un coût de quatre millions d’euros.

Avec ce système, il suffira de brancher le téléphone et toutes les données seront extraites pendant la garde à vue : SMS, photos géolocalisées… Selon ses concepteurs, la société Cellebrite, il permet « d’extraire directement les mots de passe, désactiver ou contourner le verrouillage mis en place par l’utilisateur, et décoder les données de plus de 1 500 applis mobiles en quelques minutes« .

Des échantillons de cet appareil ont déjà été testé lors du G7, pour traiter les téléphones des personnes gardées à vue, avec des résultats jugés “très positifs”…

Un avantage certain qu’offre le Kiosque aux fouineurs et fouineuses en bleu, c’est qu’il est intuitif et facile d’utilisation ce qui permets aux flics de base de l’utiliser sans devoir passer par des analystes forensiques comme c’est le cas à présent.

L’entreprise Cellebrite offre même un conseil aux force de l’ordre ; proposer aux personnes arrêtées de collaborer en offrant d’eux-mêmes l’accès aux données qui intéressent la police pour éviter que celle ci ne fouille toutes les données disponible sur le téléphone. Pratique : un gain de temps pour les flics et une petite parcelle de vie privée sauvegardée pour les suspects.

Le kiosque


Pour se rendre compte des ravages d’un tel outil voici quelques chiffres d’une étude de 2015 réalisée par la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés()

Environ 97% des français utilisent un téléphone mobile, dont :

55% utilisent la géolocalisation de leur smartphone

67% se connectent tous les jours à un réseau social

46% stockent des données médicales

85% stockent des photos & vidéos

40% stockent des informations très sensibles (mot de passe, code de carte bancaire…etc)

En somme, les smartphones sont remplis de données personnelles voire très personnelles.

Alors qu’en comparaison à cette sensibilité des données, on apprend que :

47% des utilisateurs de smartphones sauvegardent leurs données

27% ne connaissent pas ou néglige le verrouillage du smartphone

Et alors comment s’en protéger ?

Un smartphone chiffré et éteint qui se ferait saisir par la police restera imperméable.

Comme outil de chiffrement, voir par exemple SSE Universal Encryption App ou Cybersafe Chiffrement.

Bien sûr la solution la plus radicale et la plus sécure, reste de jeter son smartphone à la déchetterie et de mettre en place d’autres moyens de communiquer et de nous organiser.


Article publié le 05 Déc 2019 sur Renverse.co