Janvier 6, 2023
Par CQFD
171 visites

On voudrait pas vous spoiler le meilleur moment de 2023, mais le Chien rouge va bientôt fêter (en grande pompre, comme il se doit) ses 20 ans d’existence…

« J’avais vingt ans. Je ne laisserai personne dire que c’est le plus bel âge
de la vie », geignait Paul Nizan dans Aden Arabie. Du coup on se méfie, parce que pour nous cet âge ingrat où on est censé être un peu moins con qu’au temps de l’acné dévorante se rapproche dangereusement. Oui, sonnez trompettes, résonnez clairons, brûlez Molotov, CQFD aura 20 ans en avril prochain, notre numéro zéro datant d’avril 2003, époque où Florent fucking Pagny caracolait en tête des hit-parades avec son ignoble tube libertarien « Ma liberté de penser ». La préhistoire, quoi. Et nous : des dinosaures. Même qu’on guette le ciel d’un œil méfiant – wesh, Vé 1, ce serait pas une météorite, là-bas ?

Bientôt deux décennies de presse flibustière, donc. Et une nouvelle année à aborder drapeau pirate à la main. Car à l’aube de notre vie adulte et de l’apocalypse galopant, il est moins que jamais question de lâcher le flambeau. D’abord parce que notre dernière campagne de soutien porte plutôt
bien ses fruits et que la situation financière s’éclaircit (et ça c’est grâce à vous merveilleux lecteurs,
fantastiques lectrices – on fera le bilan bientôt, mais sachez déjà qu’on vous kiffe plus qu’un but de
l’OM contre le PSG dans les arrêts de jeu). Ensuite parce qu’on a bien l’impression que la situation
sociale et politique, pas ouf ouf t’as vu, requiert plus que jamais la présence d’un Chien Rouge irrévérencieux et férocement indépendant dans les kiosques. « Mordre et tenir », notre mantra hier, reste valable aujourd’hui comme domani.

Ce qu’on se souhaite pour 2023 ? Pas la Santé, parce que les taules c’est pas notre truc (badaboum). Mais plutôt de tenir bon dans les tempêtes qui s’annoncent en guettant les étincelles, les flambées et les ouvertures. Avec de nouvelles recrues aux manettes, notamment Ben et Jojo, duo de choc (malgré ces surnoms so nineties à faire pâlir Charlie et Lulu), on est en tout cas paré pour ce début d’année. Et puis, parce que vous n’aurez pas notre liberté de danser, on vous donne d’ores et déjà rendez-vous pour une grosse teuf d’anniversaire déter’ le samedi 20 mai prochain à la Parole Errante, à Montreuil. On vous donnera les détails plus tard, mais sachez déjà qu’il y aura des paillettes, des Vulves Assassines balançant leur gros beat, des émissaires marseillais critiquant les mœurs dissolues de la capitale, des flasques de Ricard et des conspirations médiatiques à faire pâlir Rupert Murdoch.

En attendant, on vous souhaite une année pleine de péripéties, d’envolées et d’acabisme pétulant.
Et à l’heure d’envoyer ce numéro à l’imprimerie, on vous embrasse et on file en terrasse (c’est l’été ici, nom d’un iceberg fondu) profiter de nos derniers instants de jeunesse et de sébum adolescent. Le tsunami macronien et les météorites capitalistes ? On s’en occupera demain. On n’est pas sérieux quand on a presque 20 ans.


Par Gwen Tomahawk




Source: Cqfd-journal.org