Aujourd’hui comme hier, nous affirmons que les frontières, les nations, les « problèmes » d’immigration ne sont que des constructions des États et de la classe dirigeante pour diviser la classe internationale des travailleurs. C’est-à-dire nous, qui n’avons que notre force de travail pour subsister, que nous soyons salariés, chômeurs, étudiants ou précaires.


Tracts