C’est bien la récente augmentation de capital de 2,7 milliards d’euros (le nébuleux « projet Smith »), en contraignant les Caisses d’Épargne et les Banques Populaires (CE et BP) à racheter leurs propres activités historiques, qui a permis de booster le dividende des actionnaires de Natixis

Mais derrière l’apparente bonne nouvelle pour les seuls actionnaires, il est à noter qu’en dix ans et deux augmentations de capital plus tard, BPCE a « délesté » de quasi 4 milliards d’euros ces mêmes CE et BP au seul profit de Natixis.

Natixis, la banque d’investissement par laquelle tous les scandales financiers sont arrivés

Le rêve de Pérol et Mignon de faire de Natixis une banque d’affaires internationale a laissé place au cauchemar, aux scandales financiers à répétition (H2O pour le dernier en date) ternissant la réputation d’une institution financière dont on vient de fêter les 200 ans et hypothéquant sérieusement l’avenir des CE et des BP.

Pour mémoire :

 En 2006 à l’introduction en bourse, la « pépite » Natixis valait 19,60 €

 En juillet 2019, son cours oscille autour de 3,50 €…

PEROL ET MIGNON : RENDEZ L’ARGENT !!!

Pour les client-es spolié-es, place à la gueule de bois et pour les collègues, disette salariale et menace sur l’emploi !

Cette année le dividende de Natixis a doublé, mais cette politique a un coût pour les salarié-es :

Le dividende de Natixis a doublé cette année, les salaires stagnent ! Pourquoi ?  Quasi blocage des salaires depuis des années

Le dividende de Natixis a doublé cette année, les salaires stagnent ! Pourquoi ?  Fermetures d’agences bancaires

Le dividende de Natixis a doublé cette année, les salaires stagnent ! Pourquoi ?  Suppressions massives d’emplois

Le dividende de Natixis a doublé cette année, les salaires stagnent ! Pourquoi ?  Dégradation continue des conditions de travail

Comme le disent certain-es « mais bon sang, il suffit d’acheter des actions Natixis, on sera mieux payé qu’avec nos salaires ! ».

Mais ne nous y trompons pas car un-e salarié-e /actionnaire aura un jour à décider de son propre licenciement pour maintenir la rémunération de ses actions ! Un comble quand même.

Pour SUD-Solidaires il devient urgent de changer les priorités et faire que les salarié-es qui produisent les richesses du Groupe BPCE soient dûment rémunéré-es.

Cette rentrée est l’occasion de l’ouverture des Négociations Annuelles Obligatoires. SUD-Solidaires revendiquera une augmentation générale des salaires.

Au moment où le modèle libéral impose aux plus modestes d’accepter des régressions sociales majeures, il est inacceptable de voir se constituer des fortunes sur la base de pures logiques spéculatives et rentières.

Tant pour des raisons de justice que de paix sociale, il faut donc stopper la dérive folle des très hauts revenus.

Pour un partage équitable des richesses

Soutenez et rejoignez SUD-Solidaires


Article publié le 06 Sep 2019 sur Solidaires.org