Mai 17, 2021
Par Dijoncter
161 visites


La chambre d’agriculture souhaite favoriser le développement de l’agrivoltaïsme sur 2000 hectares en Nièvre, des projets sont à l’étude et d’autres en cours de finalisation, chacun sur plusieurs dizaines d’hectares. La Confédération Paysanne alerte sur les dérives d’une agriculture industrielle et à vocation énergétique plutôt que nourricière.

Stop à l’artificialisation des terres et à la dégradation de la valeur nourricière de la terre !

L’agrivoltaïsme est l’installation de panneaux photovoltaïques sur des sols agricoles. Loin de la complémentarité entre agricultures et photovoltaïsme affichée, l’occupation et l’usage des sols sont durablement affectés. La chambre d’agriculture souhaite favoriser le développement de l’agrivoltaïsme sur 2000 hectares en Nièvre, des projets sont à l’étude et d’autres en cours de finalisation, chacun sur plusieurs dizaines d’hectares. Nous alertons sur les dérives d’une agriculture industrielle et à vocation énergétique plutôt que nourricière. Nous nous inquiétons des conséquences du développement de l’agrivoltaïsme en termes d’augmentation du prix du foncier et de spéculation sur les terres « à énergiser ». Alors que pour réussir la transition agroécologique, il faudra des paysannes et paysans nombreux dans des campagnes vivantes, la création d’un revenu énergétique en plus du revenu agricole pour quelqu’un.e.s augmentera les inégalités entre paysan.ne.s et compliquera l’installation agricole.

Pour une transition énergétique et une gestion de l’eau transparente, collective, démocratique et citoyenne !

L’ambition de la chambre d’agriculture est de capter la moitié de la fiscalité énergétique des communes, communautés de communes et du département au seul bénéfice de la profession agricole, principalement afin de financer des retenues d’eau. Nous dénonçons la captation d’une fiscalité au détriment des citoyen.ne.s. Nous alertons sur ce projet de généralisation de l’irrigation en Nièvre sans réflexion sur l’adaptation des modèles agricoles au changement climatique. Nous militons pour des petites fermes rémunératrices, diversifiées, qui s’adaptent aux sécheresses estivales et au potentiel de production agricole nivernais.

Si ce projet se concrétise, nous, citoyen.ne.s et paysan.ne.s, n’en sortirons pas gagnant.e.s ! Ne tombons pas dans le panneau !




Source: Dijoncter.info