Une chambre à la cité universitaire de Boutonnet, à Montpellier (photo du Crous Montpellier Occitanie)

L’alerte a été lancée par la section montpelliéraine du
syndicat Solidaires Étudiant·e·s via un communiqué
: le centre régional des œuvres universitaires et scolaires (Crous)
de Montpellier menace les étudiants logés en cité universitaire de
ne pas renouveler le bail l’année prochaine pour les résidents
« qui ne respecteraient pas [l]es règles » de
confinement. L’admonestation, justifiée par l’institution au nom
du risque sanitaire, a été publiée le 25 mars sur le
site
du Crous et envoyée par mail. Le Crous demande notamment
aux étudiants de « s’organiser pour être seuls dans la
cuisine quand ils y préparent leur repas »
, les cuisines
étant pourtant collectives. « Elles disposent la plupart du
temps uniquement de trois éviers et plans de travail par étage ! »
rappelle le syndicat.

La chambre classique en cité universitaire est de 9
– soit 2
de moins qu’une cellule de prison – avec cuisines et
sanitaires collectifs, « dans des bâtiments parfois
insalubres »
note Solidaires Étudiant·e·s, qui rappelle
« à quel point les conditions de vie […] peuvent être
difficiles : cafards, rongeurs, moisissure, proximité physique
avec les autres locataires… »
Dans ces conditions de
promiscuité, comment respecter « scrupuleusement »
– pour reprendre les termes du Crous – les gestes-barrières
promus par le gouvernement ? Les étudiants qui n’auraient pas
d’autres choix que de se faire à manger en même temps
subiront-ils un non-renouvellement de leur bail ?

Solidaires Étudiant·e·s s’interroge sur le « caractère
légal de telles sanctions »
et appelle les étudiants qui
rencontreraient des problèmes à les contacter via leur mail :
[email protected].
« Nous ne laisserons pas le Crous se prendre pour big
brother et profiter du contexte pour prononcer des sanctions
arbitraires. »

Depuis l’annonce du confinement, de nombreux étudiants logés par le Crous sont partis vivre ailleurs, mais ils seraient encore 3500 confinés dans les chambres des cités universitaires de Montpellier, Nîmes et Perpignan.


Article publié le 27 Mar 2020 sur Lepoing.net