Mai 17, 2021
Par Le Monde Libertaire
149 visites


La consigne Ă©tait de surveiller les migrants comme le lait sur le feu
Et d’îter son couvre-chef au passage des convois funĂ©raires.
DĂ©sormais c’est le feu lui-mĂȘme qu’il convenait de couvrir
Au nom de principes supĂ©rieurs Ă©noncĂ©s par le chef de l’État.

Derechef, les caciques ont ostensiblement tiré la couverture à eux
Pris une pose martiale sur leur couvre-lit, se sont donné des airs
Et ont branlé du chef en énonçant sans le moindre sourire :
« Cette solution n’est qu’un couvre-joint inutile pour le combat ».

Dans leur majestĂ©, les chefs d’état-major se sont posĂ©s en pare-feu :
« N’ayez crainte, nous serons vos couvre-pieds et vos luminaires
Partout, des hameaux aux chefs-lieux, pour les andouilles de Vire
Et les fabricants de couvre-chaussures à Romans, et cÊtera. »

Les cheftaines ont aussi rĂ©pondu Ă  l’appel et, Ă  qui mieux mieux
Usant de trompe-l’Ɠil ou de couvre-Ɠil, rĂ©solues et volontaires
Ont singé les adjudants-chefs et multiplié les enfants-martyrs
Découvrant le feu et brûlant les couvre-oreillers des rétifs à la loi.

CĂ©d.




Source: Monde-libertaire.fr