Septembre 18, 2021
Par Monde Nouveau
258 visites


Il est beaucoup question de communautarisme et de séparatisme aujourd’hui. Le terme « séparatisme » n’est pas nouveau : le 5 octobre 1947, le général De Gaulle faisait à Vincennes un discours dans lequel il disait : « Les séparatistes, exploitant les misères et attisant les colères afin que notre peuple en vienne à ce degré de désespoir où il leur serait possible d’établir leur dictature pour mettre la France au service de leurs maîtres étrangers, emploient toutes les ressources du mensonge, autrement dit de leur propagande, pour empêcher cette union civique et ce redressement de l’État qui les condamneraient tout au moins à l’impuissance ». Il parlait alors des communistes.

Aujourd’hui, Emmanuel Macron s’en prend lui aussi au « séparatisme », un terme qu’il préfère à « communautarisme ». Ce faisant, il réveille un vieux fantasme, celui du « péril arabe » qui a remplacé celui du « péril jaune » dans l’imaginaire collectif. Or il existe une femme nommée Bat Ye’or qui s’est fait une spécialité de la dénonciation du « péril arabe », dont il me paraît utile de rappeler les principales thèses.




Source: Monde-nouveau.net