Au Soudan, il y a une révolution en cours, un réseau massif de comités de résistance démocratiquement élus et maintenant, cette semaine, une grève nationale des enseignants.

La situation économique est désastreuse. Elle s’aggrave de jour en jour. Aucun enseignant soudanais ne peut vivre avec son salaire actuel. Les familles survivent grâce aux envois de fonds de l’étranger.

Le Comité des enseignants soudanais (STC), conformément aux règles établies, a expliqué ses revendications au ministre fédéral des Finances. Le délai de réponse du ministère s’est terminé le 8 mars. Le STC s’est réuni ce jour-là pour discuter de la réponse du ministère et pour planifier la grève.

Le comité de grève du STC comprend des représentants de toutes les régions du pays. La grève concernera tous les enseignant·es du Soudan, soit environ 350 000 enseignant·e·s. Le plan de grève prévoit des grèves progressives par ville, des manifestations et des conférences pour sensibiliser le public aux raisons et aux objectifs de la grève. Le 8 mars, l’organisme de communication du Comité des enseignants soudanais a publié ce qui suit.

Le délai que nous avions fixé dans le mémorandum soumis par le Comité au ministère fédéral des Finances est passé sans qu’aucune réponse ne soit intervenue, d’autant plus que les conditions économiques se dégradent d’heure en heure.

Comme vous le savez, le mémorandum soumis par la commission au ministère des Finances contenait trois revendications :

  • L’augmentation du salaire minimum à 24 000 livres = environ 24 dollars par mois.
  • La suppression de la double structure salariale [avec une différence importante entre les salaires les plus bas et les plus élevés] et son intégration dans une seule structure, la « Structure 2022 modifiée ».
  • Le versement ce mois-ci du salaire de février corrigé de la différence de salaire, y compris pour janvier.

Le fait que le ministère des Finances ignore dans sa réponse le mémorandum des revendications qui lui a été soumis reflète sa vision de l’éducation et son mépris pour les enseignant·e·s.

Le Comité des enseignants soudanais a tenu une réunion pour déterminer les prochaines étapes. Après avoir délibéré et lu les rapports, il a été convenu de ce qui suit :

Mise en œuvre d’une grève générale dans tous les Etats du Soudan, à condition qu’il s’agisse d’une grève programmée conformément à ce qui suit :

– Le jeudi 10 mars est un jour de grève.

– Le dimanche 13 mars, les affaires continuent comme d’habitude.

– Lundi et mardi (14-15 mars), sont des jours de grève.

– Mercredi et jeudi (16-17 mars) comme d’habitude.

Les comités de grève et les comités auxiliaires restent en session permanente.

La coordination totale entre le comité de grève et les comités d’enseignants dans les localités de l’Etat de Khartoum et de tous les Etats du Soudan se poursuivra.”

Ce que vous pouvez faire :

• Veuillez envoyer des messages de solidarité à : [email protected]

10 mars 2022

Miriam Scharf

Traduction rédaction A l’Encontre)




Source: Laboursolidarity.org