Le sport n’échappe bien entendu pas à la gentrification. Les clubs de sports populaires ont pratiquement disparu au profit des salles de fitness rutilantes et hors de prix. Néanmoins, le Club Populaire des Sports de Combat se construit autour de mots d’ordre tels que le partage et la solidarité.

En effet, dans cette ville à deux temps, nous manquons de structures sportives accessibles à toutes et à tous. Depuis un certain nombre d’années, les bars à vin remplacent les bistrots de quartier, les fast-foods branchés évincent les cuisines populaires, la culture populaire est menacée par une élite bourgeoise et subit une pression administrative, économique et politique. Cette logique s’inscrit dans la ligne politique de gentrification qui se mène à Genève, repoussant les classes populaires loin du centre, du pouvoir, des regards et des préoccupations des élites. Le sport n’échappe bien entendu pas à ces pratiques. C’est ainsi que les clubs de sports populaires ont pratiquement disparus au profit des salles de fitness rutilantes et hors de prix. Le CPSC favorise l’accès au sport plutôt que les moyens de se financer, ce qui, dans une ville telle que Genève, nous freine en nous empêchant de disposer d’une salle plus grande, adaptée à notre nombre et à nos besoins.

Entre autres, le sport n’échappe pas non plus aux autres schémas systémiques de domination. Ainsi, nous nous retrouvons face à une division genrée et binaire de ce dernier, face à des activités réservées aux hommes cis1 et inexistantes pour les autres, et (trop) souvent face à des comportements sexistes, cissexistes2, racistes et islamophobes au sein même de nos clubs.

C’est pourquoi nous appelons à manifester. Pour que face aux agressions et pressions de la société patriarcale, raciste et capitaliste actuelle, notre réponse se trouve autant dans la force du collectif que dans l’entraide.

Construisons des espaces où la pratique du sport se fait de manière collective, horizontale, accessible, militante, où l’esprit de partage et de solidarité sont les piliers du club.

Construisons des espaces les plus « safe » possibles, en mixité choisie sans hommes cis (ou d’autres mixités choisies), où l’on peut s’entrainer sans que les rapports de domination sociale nous entravent, et où l’autodétermination, l’entraide et l’empowerment3 sont les mots d’ordre.

Construisons des clubs populaires partout ! Descendons dans la rue le 7 octobre !

Club Populaire de Sports de Combat (CPSC)

1 : Une personne cisgenre ou cisexuel.le est une personne qui se reconnait dans le genre ou le sexe qui lui a été assigné à la naissance.

2 : Le cissexisme est le système de pensée qui soutient le fait que les identités ou expressions de genre des personnes cis seraient plus naturelles et légitimes que celles des personnes trans*. Du cissexisme découlent les violences et discriminations transphobes.

3 : Littéralement, renforcer ou acquérir du pouvoir. Le concept d’empowerment définit le développement personnel et collectif du pouvoir d’agir des individus et des groupes sur leurs conditions sociales, économiques ou politiques.

Par Renversé,

Source: http://renverse.co/Le-Club-Populaire-de-Sports-de-Combat-appelle-a%CC%80-la-manif-du-7-10-17-1222