DĂ©cembre 27, 2020
Par Sans Nom
268 visites


Ne nous demandez pas pourquoi, mais outre-Manche l’Office of communications (Ofcom), c’est-Ă -dire l’autoritĂ© rĂ©gulatrice des tĂ©lĂ©communications du Royaume-Uni qui regroupe l’équivalent du CSA et de l’ARCEP hexagonaux, publie son rapport annuel alors que le nouvel an n’est mĂȘme pas encore arrivĂ© !

Sorti donc le 17 dĂ©cembre dernier pour vanter les merveilleux progrĂšs du dĂ©ploiement de la toile numĂ©rique qui nous enserre et fĂȘter l’arrivĂ©e de la 5G, il ne pouvait cette annĂ©e pas passer Ă  cĂŽtĂ© des nombreuses destructions d’antennes-relais qui sont lĂ -bas aussi montĂ©es en flĂšche Ă  partir du confinement de mars.

A la page 34 de son rapport titrĂ© « Connected Nations 2020 Â», l’Ofcom britannique nous offre donc le chiffre du jour au dĂ©tour de cartes, de tableaux et de bla bla rassurants : ce ne sont pas moins de 159 stations de base de tous les opĂ©rateurs – soit des antennes ou leurs locaux techniques – qui ont Ă©tĂ© attaquĂ©es au Royaume-Uni en 2020, causant la perte de 170.000 heures cumulĂ©es de communications virtuelles.

Si de son cĂŽtĂ© l’Ofcom s’est bien gardĂ©e de chiffrer les sabotages contre la fibre optique ou les jours d’ITT reçus par les techniciens chargĂ©s de rĂ©parer les antennes ou d’en installer de nouvelles, des agressions largement relayĂ©es par la presse Ă  scandale, du nĂŽtre on n’oublie pas qu’une annĂ©e compte 365 jours et que ces dĂ©gĂąts pourraient ĂȘtre plus Ă©levĂ©s encore





Source: Sansnom.noblogs.org