Septembre 12, 2021
Par Le Monde Libertaire
245 visites


A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU de Marcel PROUST

De : Marcel PROUST
Avec : David LEGRAS
Mise en scĂšne : Virgil TANASE
Durée du spectacle : 1h15

« Enivrez-vous. Tout est lĂ  : c’est l’unique question. Pour ne pas sentir l’horrible fardeau du Temps qui brise nos Ă©paules et nous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trĂȘve ». Comment ne pas songer Ă  cette exhortation inspirĂ©e de Baudelaire (le spleen de Paris) aprĂšs avoir assistĂ© au spectacle A la recherche du temps perdu de Marcel Proust, mis en scĂšne par Virgil TANASE et interprĂ©tĂ© avec ferveur par l’excellent comĂ©dien David LEGRAS.

Il semblerait que les deux artistes se soient mus en abeilles penchées sur quelques phrases proustiennes, quelques branches de fleurs, quelques grappes pour en extraire le suc et le meilleur, de nature à nous étourdir et satisfaire notre soif de curiosités.
ÉlĂ©gant comme un dandy, vĂȘtu d’un long manteau blanc, le comĂ©dien distille, enveloppe, la pensĂ©e proustienne d’une voix qui accentue son apparente prĂ©ciositĂ© mais soulĂšve ses profondeurs.
Proust n’aurait pour seuls guides que ses sens pour se retrouver. C’est un artiste qui revient toujours sur son motif. GrĂące Ă  lui, nous nous tĂątons, nous nous pinçons pour Ă©prouver cette mallĂ©abilitĂ© de l’environnement dans laquelle nous baignons corps et esprit confusĂ©ment.
Si Proust peut donner l’impression de parler une langue Ă©trangĂšre, cela signifie-t-il que nous ayons perdu notre facultĂ© d’émerveillement ? Nous ne sommes pas musiciens du silence, aprĂšs tout, nous n’avons pas l’oreille absolue et nos sens ne sont pas si aiguisĂ©s !
Il y a des réjouissances à portée de main, à portée de notre respiration, nous enseigne Proust, à portée de notre sensibilité.

N’est-elle point actuelle cette rĂ©flexion « L’oubli dont on commence Ă  sentir la force parce qu’il dĂ©truit en cours le passĂ© ».

Aujourd’hui dans le 5Ăšme arrondissement de Paris, celui oĂč se trouve le thĂ©Ăątre de la Contrescarpe, la librairie GIBERT Jeune, Place Saint Michel qui datait des annĂ©es 30 vient de disparaitre au grand dam de tous ses amoureux qui ne cachent pas leur tristesse. Une page de plus est tournĂ©e mais comment se rĂ©signer Ă  cet argument Ă  savoir que nous sommes entrĂ©s dans l’ùre de l‘image et du numĂ©rique.

Nous ne pouvons pas empĂȘcher les pages de se tourner mais nous pouvons continuer Ă  cultiver notre miel, celui de tous nos sens, toujours solidaires de Don Quichotte et ses moulins Ă  vent !

Dans ce joli thĂ©Ăątre de la Contrescarpe, vĂ©ritable petite ruche thĂ©Ăątrale, le spectacle A la recherche du temps perdu, nous invite Ă  rencontrer Proust, un Ă©crivain qui nous propulse hors du temps, n’est-il pas l’auteur de cette phrase : un fauteuil magique me fera voyager Ă  toute vitesse dans le temps et dans l’espace. Était-il visionnaire ?
Si le passĂ© rentre dans l’invisible, cela signifie-t-il qu’il se soit effacĂ© ? Que penserez-vous de ces meubles recouverts de housses comme des fantĂŽmes ambulants, de ce bizarre gramophone, de cette Ă©trange poussette 1900 qui grince et avance sur la scĂšne aussi hĂ©sitante ou timide que peut l’ĂȘtre une chose du passĂ©, vivante, dans notre prĂ©sent ? A qui attribuerez-vous les pensĂ©es que ces objets vous inspireront sinon Ă  vous-mĂȘmes ?

L’expĂ©rience vaut le dĂ©tour. Quand le passĂ© fait bruire notre actualitĂ© !

Eze, le 13 Septembre 2021

Evelyne TrĂąn

Au Théùtre de la Contrescarpe 5, rue de Blainville 75005 PARIS. A partir du 5 Septembre 2021, le dimanche à 16 H 30, le lundi à 21 H, le mardi à 19 H.




Source: Monde-libertaire.fr