Juin 14, 2021
Par Le Monde Libertaire
207 visites


LE SOUFFLEUR

de Emmanuel Vacca .
Mise en scĂšne par Paolo Crocco avec Paolo Crocco

Distribution
Texte : Emmanuel Vacca
Mise en scÚne et interprétation : Paolo Crocco
Collaboration artistique : Fabio Marra
LumiĂšre : Luc DĂ©gassart
RĂ©gie plateau : Alberto Taranto
Composition : Claudio Del Vecchio
Costumes : Pauline Zurini, Bernadette Tisseau
Construction DĂ©cor : Claude Pierson
Production : Cie Dell Edulis / Pony Production
Diffusion : Pony Production – Sylvain Berdjane

A la fin de la premiÚre mondiale de Cyrano de Bergerac, le 28 Décembre 1897 Ildebrando Biribo le souffleur du Théùtre de la Porte Saint Martin fut retrouvé mort dans son trou de souffleur.

Ce fait divers a t-il dĂ©frayĂ© la chronique Ă  l’époque ? L’auteur de cette piĂšce, l’artiste Emmanuel Vacca rĂ©cemment dĂ©cĂ©dĂ©, dĂ©libĂ©rĂ©ment Ă©lude la question et ce faisant les interrogations des spectateurs. C’est le personnage qui l’intĂ©resse qui fait partie de l’histoire du ThĂ©Ăątre. Il incarne cette passion sans bornes pour le thĂ©Ăątre et toutes ces petites mains invisibles qui veillent Ă  l’ombre Ă  la rĂ©ussite d’un spectacle et sur qui tout comĂ©dien peut compter .

Le mĂ©tier de souffleur qui a disparu pourrait paraĂźtre ingrat et particuliĂšrement frustrant pour tout aspirant comĂ©dien. Dans son Chant du cygne, Tchekhov le met en scĂšne Ă  travers le personnage de Nikita Ivanitch un sans domicile fixe qui devient l’interlocuteur d’un vieux comĂ©dien vedette Svetlovidov.

Qui mieux qu’un personnage sorti de l’imagination d’un auteur – car l’imagination se moque des rĂšgles de l’espace-temps et des mesquineries de dĂ©tails trop matĂ©riels – pourrait invoquer l’esprit du souffleur.

Il appartenait autrefois au souffleur d’anticiper toute dĂ©faillance et trous de mĂ©moire des comĂ©diens, vĂ©ritablement scotchĂ© Ă  leur respiration, il devait pouvoir leur souffler le texte immĂ©diatement , ce qui signifiait que le texte, il le connaissait par cƓur.

Aujourd’hui ce sont les oreillettes qui remplacent le souffleur. On n’arrĂȘte pas le progrĂšs !

Emmanuel Vacca raconte qu’Ildebrando fut convoquĂ© par Coquelin aĂźnĂ© , ce fameux jour du 28 DĂ©cembre 1897, pour lui annoncer brutalement qu’il n’avait plus besoin de ses services. Son dernier jour Ă©tait arrivĂ© et parait-il Coquelin eut besoin de lui ce jour lĂ  . Comme il venait d’avaler de la mort au rat, c’est agonisant qu’il termina son travail.

Nous l’apprenons juste Ă  la fin du spectacle. Car Ildebrando Biribo superbement interprĂ©tĂ© par Paolo Crocco n’a pas vocation Ă  parler de sa fin tragique . C’est de la vie de souffleur qu’il a envie de parler .

Dans sa note d’intention Emmanuel Vacca s’explique :

« Le personnage est une Ăąme. Une Ăąme dans mon imagination reprĂ©sente un ĂȘtre sans attache, en dehors de toutes nos souffrances terrestres, libre de pouvoir suivre Ă  son grĂ© le monde intĂ©rieur qui l’habite. C’est de cette façon que je peux expliquer la structure de mon texte fait d’idĂ©es et de rĂ©cits qui se croisent, se coupent et se retrouvent, de mĂ©lange de comĂ©die, de drame, de conte qui enlĂšve au public la possibilitĂ© de savoir tout au long de l’action ce que sera la suite. »

Et ce personnage n’a qu’un seul projet celui de parler de sa vie de souffleur avec bonheur en racontant ce qui lui passe par la tĂȘte ses dĂ©lires, ses fantasmes, avec facĂ©tie et philosophie tire bouchonnant tous ces mythes accrochĂ©s Ă  cette spirale qui enchaĂźne la vie Ă  la mort ou inversement, pour nous faire tourner la tĂȘte et nous faire rire d’Adam et Eve, du Grand Manitou, de ce qui est vrai et n’est pas vrai mais qui au thĂ©Ăątre s’anime et il suffit d’ĂȘtre sur scĂšne pour le vivre. Oui, dĂźtes que vous ĂȘtes un arbre, mimez l’arbre et les spectateurs vous croiront ! Sur scĂšne c’est possible, ailleurs, on vous prendrait pour un fou .

Paolo Crocco qui a repris le rĂŽle d’Ilbrando est gĂ©nial de drĂŽlerie, de prĂ©sence, il sait aussi ĂȘtre grave et bouleversant. Nous arrĂȘtons lĂ  la description pour ne pas dĂ©florer la piĂšce. Allez y, voilĂ  un spectacle qui ne manque pas de souffle c’est bon pour le moral !

Paris, le 14 Juin 2021
Evelyne TrĂąn

dans le cadre du PhĂ©nix Festival / 1Ăšre Ă©dition du 1er au 20 Juin 2021 au Studio HĂ©bertot du 9 au 12 juin Ă  19h et au festival off d’Avignon du 7 au 31 Juillet 2021 Ă  17 H 15 au ThĂ©Ăątre Au coin de la Lune 24 Rue Buffon 84000 AVIGNON




Source: Monde-libertaire.fr