La radio, ou la voix du système patriarcal

“Le panorama ainsi dressé révèle d’écrasantes inégalités de genre, et donne à voir la misère du pluralisme politique, économique et social à l’antenne”

Acrimed a classé les 287 invité·es de ces matinales, sur une période allant du 17 mars au 30 avril. Premier fait marquant, qui illustre parfaitement à quel point les médias sont un vecteur permanent du système patriarcal : 81% des invité·es sont des hommes. Ce résultat est constant sur l’ensemble de ces chaînes, celle ayant invité le plus de femmes (France Inter) n’en comptait que 27%. RTL est le pire élève de l’égalité femmes-hommes puisque 89% des invité·es de ses matinales étaient des hommes. Il faut également noter que parmi les 34 invitations passées à des femmes politiques (contre deux fois plus d’hommes), un tiers concernaient Marine Le Pen.

(…)

Bâillonner la société civile

Viennent ensuite… les chefs d’entreprise et leurs représentants syndicaux (FNSEA, Medef, CPME), qui représentent 16% du total des invité·es. Pour leur donner la réponse : 1% seulement de représentants des salariés (CGT et CFDT). Voilà comment on inscrit les dogmes du libéralisme dans les pensées. Acrimed entre dans le détail de ces choix éditoriaux, dans une période qui brasse des thématiques diversement cruciales. Ainsi pas de travailleur lambda, ni d’inspecteur du travail, mais Muriel Pénicaud, ministre du travail, elle, a été invitée cinq fois. Parmi les plus fervents promoteurs du grand capital, Europe 1, détenue par le groupe Lagardère, quoi de plus étonnant ?

“Lidl, la Société générale, le Medef, EDF, la Fédération de l’hospitalisation privée, la BPI, Century 21, Orange, ADP, Sodexo, la Banque populaire, Korian, Amazon (deux fois !), Fnac/Sarty, Idex, Véolia, Crédit Agricole, etc. C’est un festival pour le capital.”

Aucun représentant d’un syndicat enseignant n’a non plus été invité dans une matinale, alors que la problématique de l’école se posait d’une manière inédite pendant le confinement. En revanche, Jean-Michel Blanquer, ministre de l’éducation, n’a pas été oublié, avec trois invitations.

Parlant éducation, voyons ce qu’il en est pour la culture ! Avec seulement cinq invitations, elle est le “parent pauvre” des matinales. Cinq hommes, tous des “pontes du secteur”, alors que la culture commençait à traverser la crise et son arrêt quasi-total du au confinement. Niveau intellectuel et universitaire, seulement 14 invitations, dont douze hommes, certains faisant partie des cercles du pouvoir.


Article publié le 18 Sep 2020 sur Lepressoir-info.org