Le 5 décembre prochain à l’appel d’organisations syndicales aura lieu une journée de grèves et de manifestations à travers toute la France contre la réforme des retraites. Elles appellent chaque branche à se mobiliser et à envisager des modes d’action pour le 5 et après. Nous, syndicats étudiants, appelons les étudiant-e-s à se mobiliser le 5 et les jours suivants !

Si certains
points du projet ne sont pas précisés et restent un peu flous, les grandes
lignes sont tracées. L’objectif est que la part du PIB réservée aux retraites
ne dépasse pas les 14%, quand bien même le nombre de retraité-e-s augmente du
fait de l’allongement de l’espérance de vie. Cette réforme va donc provoquer une diminution de la valeur des
pensions étant donné que nous serons plus à partager un gâteau qui reste de la
même taille
! La prise en compte de la totalité de la carrière va pénaliser
les travailleur-se-s qui ont connu au cours de leurs carrières les emplois
précaires, à temps partiels et les périodes de chômages, de formation, de
maladies, de grossesses… Cela
impactera particulièrement les retraites des femmes, plus précaires que les
hommes en matière d’emploi
: elles sont en effet quatre fois plus touchées
par le temps partiel que les hommes. Celleux qui n’auront pas pu occuper
d’emploi stable subiront une double-peine au moment de la retraite. La réforme réplique au moment de la
retraite, voire aggrave, les inégalités sociales du monde du travail.

La réforme
prévoit aussi l’allongement du temps de travail, passant de 62 à 64 ans
aggravant l’impact du travail sur la santé des travailleur-se-s.

Ce système
par points permet de baisser le montant des retraites chaque année, la valeur
du point étant fixé chaque année, ce qui crée aussi une impossibilité de connaitre en avance le montant de sa pension. Et
selon la volonté du gouvernement, le point aura la possibilité d’avoir sa
valeur rediscutée tous les 5 ans selon les conjectures économiques du pays, et bien évidemment, dans un modèle comme le
nôtre qui ne connaîtra jamais plus de croissance économique conséquente, il
sera revu à la baisse.

Cette
réforme s’inscrit dans un contexte d’offensive actionnariale entamée dans les
années 80. Jamais les bénéfices et les dividendes n’ont été aussi élevés,
jamais les cotisations : salaire socialisé, n’ont été aussi faible. 

Nous voulons une retraite à 60 ans,
après 37,5 années de cotisation, avec une pension égale au dernier salaire
. Et une retraite minimum égale au
SMIC. Comment l’obtenir ? Il suffit d’augmenter les salaires, et notamment sa
part socialisée que sont les cotisations.

La retraite doit être un véritable
choix de société et non une variable d’ajustement du budget de l’état. Pour que
les retraité-e-s vivent dans des conditions dignes ! 

Il s’agit,
pour nous étudiant-e-s, de défendre avec les autres travailleurs et
travailleuses notre système de retraite et d’acquérir de nouveaux droits.

Pour nos retraites tou-te-s dans la rue le 5 décembre, et le 6 on continue !

Signataires : Alternative ESR, FSE, Solidaires Etudiant-e-s


Article publié le 04 Déc 2019 sur Solidaires-etudiant-e-s.org