Octobre 23, 2016
Par Kedistan
342 visites

Laura-Maï Gaveriaux, journaliste indépendante est sur le front de Bachiqa à Moussoul. Cette amie virtuelle, en déplacement au Moyen-Orient depuis mi 2016, n’est pas une inconnue pour les lecteurs/trices de Kedistan ou du Monde diplomatique.
Suivez ses partages en temps réel sur cet article, et/ou sur son Twitter.

Elle avait permis un numéro “Turquie” et “Kurdistan” étoffé en juillet, dans le Monde diplomatique, dont nous avions repris un des articles ICI.

Elle avait fait des directs live sur tweeter, plutôt animés, au milieu des “veilles pour la démocratie” appelées par Erdogan, dès le lendemain du 15 juillet, date du putsch manqué, en plein Istanbul.

Des journalistes femmes, battantes comme elle, on en voudrait beaucoup.

La voilà donc sur le “front irakien”, et nous la préférerons sans même une hésitation, à toutes “les Bfm attitudes”.

Abonnez-vous à son twitter si vous êtes utilisateurs.

Nous en profitons pour dire que Kedistan ne fera pas dans “la guerre du golfe bis” à propos de Mossoul. Cette guerre autant médiatique que de propagande, selon le camp que vous choisirez au sein de la coalition hétéroclite, est certes une offensive militaire indispensable et nécessaire contre Daech, mais on sait tous qu’une victoire militaire ne suffira pas, mais que celle-ci servira aussi les intérêts des uns et des autres, toujours contre la Paix. On ne voit poindre aucun processus politique derrière la destruction de Daech, sinon les antagonismes d’intérêts géostratégiques internationaux.

On connaît aussi ce que représentera en perte de vies humaines civiles, cette offensive.

Alors, suivre une vraie journaliste sur place, est irremplaçable pour l’information quotidienne. Prendre du recul pour la suite, l’est tout autant.

Nous ne sombrerons jamais dans la fascination morbide des combats.

Le petit magazine qui ne se laisse pas caresser dans le sens du poil




Source: