Février 1, 2021
Par Le Monde Libertaire
114 visites


Photo prise lors de la manifestation au TROCADÉRO le 30 Janvier 2021 à l’appel du Collectif Vietnam Dioxine
(c) Crédits photo : Coconty

Dans ce procès historique qui fait suite à une plainte de Madame TRAN To Nga datant de 2014 , et fut l’objet de plusieurs reports, la plaignante a dû subir les attaques des avocats des multinationales constituant un déni total des séquelles de l’agent orange dénoncées par Madame TRAN To Nga.

L’une des avocates n’a pas hésité à déclarer « Elle n’a pas plus de dioxine que vous et moi ».

Lors d’une interview diffusée sur LE MEDIA TV, Madame TRAN To Nga a invité ces avocats aux visages fermés à se rendre au Vietnam « Qu’ils rencontrent une seule victime ! »

4 millions d’enfants sont touchés par l’agent orange dont les effets continuent à frapper la 4ème génération.
Madame TRAN To Nga parle au nom de toutes ces victimes qui n’ont pas les moyens de s’exprimer.
Comme aux précédents procès intentés par l’Association Vietnamienne des victimes de l’agent orange, les multinationales qui contestent, par ailleurs, la compétence des tribunaux français, dénient toute responsabilité ayant pour seul argument qu’elles auraient obéi aux ordres des États-Unis « en guerre contre des rebelles ».
Pour les avocats de Madame TRAN To Nga qui s’appuient sur de multiples documents, ces sociétés ont agi de manière délibérée et pas seulement sur réquisition des États-Unis. Leurs mobiles étaient évidemment le profit qu’elles pouvaient tirer des appels d’offre. Elles ont maintenu le silence sur la dangerosité du produit pour éviter un scandale sanitaire qui mettrait en péril leurs intérêts commerciaux.
Si la responsabilité de ces fabricants est reconnue, la reconnaissance de l’écocide survenu au Vietnam constituera la première marche dans la lutte contre d’autres écocides qui menacent l’humanité comme notamment les essais nucléaires au Sahara.
La terre est un bien commun. Sa protection concerne les populations de tous les continents. A l’échelle de l’histoire de l’humanité, la lutte ne fait que commencer et nous avons besoin du témoignage de Madame TRAN To Nga qui humblement définit son combat : « Patience, courage et espoir ».

Le jugement du Tribunal sera rendu le 10 Mai 2021.

Eze le 1er Février 2021

Evelyne Trân

Agent orange. Dioxine 1er article




Source: Monde-libertaire.fr