Janvier 24, 2022
Par Rapports De Force
75 visites

Cette semaine L’actu des Oublié.e.s commence dans le Brésil de Bolsonaro. Puis nous conduit au Chili, avant d’explorer d’autres lieux où s’expriment également de grandes luttes populaires contre des régimes teintés des couleurs du néo-fascisme comme en Inde. Avec à chaque fois pour fil conducteur : les alternatives démocratiques offertes par les dynamiques de luttes.

Malgré l’offensive néo-liberale, bien souvent alliée à un fascisme renouvelé, les dynamiques démocratiques, les initiatives libertaires et les victoires des luttes populaires font résonner le monde.

Du Brésil à l’Inde en passant par le Rojava et le Chili, nous explorons cette semaine comment des secteurs en lutte parviennent à inventer de nouvelles manières de faire, à établir des stratégies pour contourner des systèmes qui visent à nous isoler, à nous empêcher de s’organiser collectivement.

Comment préserver les acquis, comment s’en servir de socle pour étendre les pratiques émancipatrices et entretenir un climat favorable dans notre quotidien ou à des échelles plus larges ?

VISUEL
Barcelos Ferreira – Manifestation Fora Bolsonaro, 19/06/2021 –
“Le gouvernement Bolsonaro est plus dangereux que le virus”

SOURCES
Dossier « Que faire ? » de Ballast
Brésil: Red Pepper / Ritimo.org
Rojava: Rojavainformationcenter.com / Dossier la Commune du Rojava, Syllepse
Chili: Contretemps / https://asambleapopularconstituyente.cl / Révolution Permanente
Inde: Revue de Presse Emancipation / Jacques Chastaing sur les blogs Mediapart / L’Actualité des luttes sur FPP

MUSIQUES
Générique Pierre Furet
Chant de manifestation anti-bolsonaro au Brésil.
El pueblo unido chanté par les chiliens dans la rue au soir de la victoire de Boric
Chant en prélude d’un manpachayat en Inde
Hip hop kurde anonyme


Présentation de L’Actu des oublié.e.s

Les oublié.e.s. Les invisibles, les précaires, les laborieux, laborieuses pris.e.s dans l’œil du cyclone capitaliste ; les peuples ou groupes sociaux dont l’existence même est menacée ; celles et ceux que l’on ignore parce que le monde médiatique les a oubliés et qui lèvent le poing dans l’ombre, bien à l’abri du regard des caméras et des micros.

Leur résistance quotidienne, leur soulèvement spontané, leurs expériences sociales soufflent un espoir déterminé, sèment les graines des pratiques futures, s’érigent avec courage en rempart contre l’obscurantisme. Quand un peuple, ou une portion d’un peuple, retrouve sa liberté de parole, expérimente l’auto-organisation et des formes inédites de solidarités et de partage, la transformation sociale commence. C’est peut-être ça, le point de départ d’une révolution. L’instant où les acquis moraux et sociaux d’un évènement, d’une période, font dire à des millions de personnes réunies : Nous ne reviendrons pas à la normalité.

Voilà ce que raconte l’Actu des Oublié.e.s.

Face à la violence crasse et aux ruses décomplexées de l’idéologie néo-libérale qui détricote nos systèmes de santé, épuise les terres et s’enrichit sans partage, opposons les initiatives qui nous rendent collectives, solidaires, et mues par d’heureuses perspectives .

Vingt minutes, deux fois par mois, pour combler le vide laissé par les actualités de ceux dont on parle tout le temps et pour ne pas oublier que nous ne sommes pas seul.e.s. Bien au contraire.




Source: Rapportsdeforce.fr