Mai 16, 2022
Par Rapports De Force
223 visites

Comme la semaine dernière l’Actu des Oublié.e.s nous conduit aux États-Unis. Cette fois à propos de la proposition d’abolir la police qui a fait débat après l’assassinat de Georges Floyd et les grandes manifestations du mouvement Black Live Matter. Mais l’épisode aborde aussi cette question aussi au regard des violences policières en France.

Le mouvement Black Lives Matter a ravivé les mouvements pour l’abolition de la police. Même si à Minneapolis, ville de Georges Floyd, un referendum a rejeté le démantèlement de sa police à 53%, l’engouement nouveau que provoque l’idée née dans les mouvements antiracistes des années 70 est flagrant. Les deux derniers épisodes de la saison II de l’Actu des Oublié.e.s est consacrée à cette proposition, vivre sans police, qui ouvre des possibles et s’inscrit dans le concret en de nombreux endroits du monde.

SOURCES
Urgence notre police assassine / Désarmons-les / Abolir la police.org
Abolir la police par le collectif Matsuda.
Sur Cairn, l’article « Foucaud et la société punitive »
L’Aventure abolitionniste

En anglais :
For a World Without Police / Critical Resistance / 8toAbolition
Assata’s Daughter / Prodject Nia / Transform Harm.org

MUSIQUES
No justice no peace de Cocoa Brovaz
Cypher Circles avec Dost et Geronimo


Présentation de L’Actu des oublié.e.s

Les oublié.e.s. Les invisibles, les précaires, les laborieux, laborieuses pris.e.s dans l’œil du cyclone capitaliste ; les peuples ou groupes sociaux dont l’existence même est menacée ; celles et ceux que l’on ignore parce que le monde médiatique les a oubliés et qui lèvent le poing dans l’ombre, bien à l’abri du regard des caméras et des micros.

Leur résistance quotidienne, leur soulèvement spontané, leurs expériences sociales soufflent un espoir déterminé, sèment les graines des pratiques futures, s’érigent avec courage en rempart contre l’obscurantisme. Quand un peuple, ou une portion d’un peuple, retrouve sa liberté de parole, expérimente l’auto-organisation et des formes inédites de solidarités et de partage, la transformation sociale commence. C’est peut-être ça, le point de départ d’une révolution. L’instant où les acquis moraux et sociaux d’un évènement, d’une période, font dire à des millions de personnes réunies : Nous ne reviendrons pas à la normalité.

Voilà ce que raconte l’Actu des Oublié.e.s.

Face à la violence crasse et aux ruses décomplexées de l’idéologie néo-libérale qui détricote nos systèmes de santé, épuise les terres et s’enrichit sans partage, opposons les initiatives qui nous rendent collectives, solidaires, et mues par d’heureuses perspectives .

Vingt minutes, deux fois par mois, pour combler le vide laissé par les actualités de ceux dont on parle tout le temps et pour ne pas oublier que nous ne sommes pas seul.e.s. Bien au contraire.




Source: Rapportsdeforce.fr