Juillet 24, 2021
Par Expansive
160 visites


La vie normale

*

Clément Lacroûte

Le gouvernement a finalement choisi d’imposer la vaccination, mais Ă©videmment sans le dire. L’obligation prend la forme que l’on sait : le « pass sanitaire Â», l’obligation de montrer patte blanche de plus en plus frĂ©quemment, et dĂšs aoĂ»t Ă  l’entrĂ©e de n’importe quel troquet.

Les choix qui restent Ă  celles et ceux qui ne souhaiteraient pas se faire vacciner s’amenuisent : s’exclure de fait d’un nombre potentiellement croissant de lieux ou se faire dĂ©pister Ă  la moindre occasion, Ă  leurs frais Ă  partir d’octobre. C’est la double logique de l’impĂ©rialisme d’exclusion et de l’état d’exception dĂ©crite par Robert Kurz qui prĂ©side ici. L’annĂ©e derniĂšre encore, les mĂ©dias europĂ©ens se gaussaient des mĂ©thodes de contrĂŽle totalitaire dĂ©veloppĂ©es en Chine dĂ©jĂ  avant la pandĂ©mie, et qui permettaient pendant le confinement de rĂ©gler avec une couleur sur les smartphones des citoyens leur droit d’entrĂ©e dans les lieux publics. Maintenant, l’Occident « dĂ©mocratique Â» a rĂ©cupĂ©rĂ© son retard et perdu ses derniĂšres pudeurs. On voit alors que la dĂ©mocratie marchande n’est pas le contraire du totalitarisme, mais seulement une autre forme de l’état d’exception.

Tout cela au nom de quoi ? Du retour Ă  « la vie normale Â».

Pour un enfant de douze ans, dĂšs la fin aoĂ»t, la « vie normale Â» consistera Ă  accepter d’ĂȘtre contrĂŽlĂ©, Ă  l’entrĂ©e des fast-foods, centres commerciaux, cinĂ©mas, parcs d’attractions, lieux privilĂ©giĂ©s de la « prise d’autonomie Â» des prĂ©-ados pendant leurs temps de loisirs. D’accepter que sa santĂ© soit un paramĂštre publique, non seulement accessible Ă  son mĂ©decin, mais aussi Ă  n’importe quel vigile. Accepter que sa santĂ©, quel que soit son Ă©tat rĂ©el, son systĂšme immunitaire, son passĂ© et ses possibles co-morbiditĂ©s, soit traitĂ©e strictement Ă  l’identique de celle de l’ensemble de la population adulte. Et de croire, comme le gouvernement français le rĂ©pĂšte inlassablement, que la progression de l’épidĂ©mie relĂšve de sa responsabilitĂ©.

Retrouver une « vie normale Â». Une vie qui a permis la baisse constante de la rĂ©ponse immunitaire : Ă©pidĂ©mie de SIDA qui continue de tuer en silence, cancers de plus en plus nombreux, qui frappent de plus en plus tĂŽt, maladies auto-immunes, asthmes et allergies, sans parler des dommages psychologiques engendrĂ©s par la « sociĂ©tĂ© du travail Â». Une vie qui entretient la catastrophe Ă©cologique en cours depuis si longtemps, catastrophe qui procĂšde des mĂȘmes causes et engendrent les mĂȘmes effets sur la « santĂ© Â» : radioactivitĂ© de l’air, canicules Ă©touffantes, air des villes irrespirable
 Et dĂ©sormais cette maladie qui conduit des femmes et des hommes sur toute la planĂšte Ă  mourir asphyxiĂ©s.

La « vie normale Â» est celle qui nous a menĂ©s lĂ . Qui souhaite rĂ©ellement y revenir ?

Le prĂ©sident français a refusĂ© la stratĂ©gie dite « zĂ©ro-covid Â», arguant que celle-ci ne fonctionnait que dans les Ăźles et les dictatures, la France n’étant ni l’une, ni l’autre. Qu’est-ce alors que cet État français et ses dispositifs d’exception ? Comment dĂ©crire, sans tomber dans la caricature de roman d’anticipation, cet État qui a exigĂ© des laisser-passer pendant le confinement, pendant le couvre-feu, puis dĂ©sormais pendant l’état d’urgence sanitaire entĂ©rinĂ© comme permanent ? (notons ici que le gouvernement parie en effet sur une prolongation indĂ©finie des lois qui lui permettront de mettre en place ce « pass sanitaire Ă©tendu Â»). Combien d’États qui ne sont « ni des Ăźles, ni des dictatures Â» ont-ils dĂ©jĂ  imposĂ© la vaccination contre le covid Ă  leurs citoyens, Ă  leurs enfants ?

Il est ici indispensable de ne pas tomber dans la sombre caricature qu’offrent les soit-disant « anti-systĂšmes Â», qui sont au bas mot de vĂ©ritables nĂ©o-conservateurs. Le pass sanitaire n’est pas une Ă©toile jaune, et ces gens dĂ©noncent l’« apartheid Â» d’abord lorsque ce n’est pas celle qu’ils souhaiteraient Ă©tablir. L’anti-capitalisme tronquĂ©, le dĂ©tournement des discours rĂ©volutionnaires, sont le vĂ©hicule choisi depuis trop longtemps par les rĂ©actionnaires pour dĂ©tourner d’éventuelles forces insurrectionnelles. Le deuxiĂšme mouvement de la manƓuvre consistant ensuite Ă  accuser tout discours rĂ©ellement critique de « faire le jeu de l’extrĂȘme droite Â».

On peut pourtant choisir de ne faire le jeu de personne, et Ă©viter la caricature : la France et les États europĂ©ens qui coordonnent la surveillance sanitaire ne sont pas des dictatures, mais juste des Ă©tats modernes. Le droit leur permet d’instaurer et moduler un « Ă©tat d’exception Â» quasi-permanent, qui annule justement le droit et crĂ©e l’exception totalitaire qui confirme la rĂšgle dĂ©mocratique. L’état d’exception, couplĂ© Ă  diffĂ©rents mĂ©canismes d’exclusion, permet aux États de protĂ©ger et d’assurer la reproduction du systĂšme de production marchande. Le pass sanitaire s’appuie prĂ©cisĂ©ment sur l’état d’exception sanitaire pour instaurer un critĂšre explicite d’exclusion des individus. Soit on accepte de se prouver « sain Â», soit on accepte l’exclusion, ce schĂ©ma pouvant s’appliquer aux Ă©chelles locales, nationales, internationales. La crise sanitaire a soumis Ă  un tel tri, pour un court laps de temps, les Ă©changes marchands, la production, le travail salariĂ©. Mais le mouvement continuel du « sujet automate Â» exige qu’un tel tri soit effectuĂ© sur les individus, qui ne sont que le support de la production, et pas sur la crĂ©ation de valeur.

Il ne s’agit donc pas ici de s’opposer Ă  la vaccination en tant que telle. Il s’agit de s’opposer Ă  ce qui dĂ©truit notre santĂ© Ă  tous : le mensonge permanent d’une sociĂ©tĂ© qui travaille Ă  la production de valeur, et ne se soucie de rien d’autre. La « santĂ© Â» dont il est question actuellement ne se prĂ©occupe que de deux choses : que celles et ceux qui travaillent puissent tenir debout pour continuer de travailler, sans contaminer les autres, au risque de paralyser certaines chaĂźnes de production. Il faut que les hamsters tiennent bon, pour que la roue capitalise puisse continuer de tourner Ă  vide.

ClĂ©ment LacroĂ»te, 20 juillet 2021.








Source: Expansive.info