Juillet 30, 2022
Par Le Monde Libertaire
214 visites

Dans les Évangiles, on trouve des addenda
Équivalent des codicilles dans les testaments.
Ils visent à préciser la parole du jeune messie
Dont la clarté faisait le plus souvent défaut.

Au bout de l’ivresse et de la gueule de bois
(En témoigne ainsi l’Évangile selon Saint-Jean
Qui les justifient à des fins de prophylaxie)
Jésus enchaînait du soir au matin les apéros.

Le Jourdain a en commun avec les colas
D’être truffé d’un ensemble de colorants.
C’est pourquoi à chacune de ses homélies
Le Nazaréen mettait en garde contre l’eau.

Avec l’âpreté similaire à un Baron du Roy
Le vin de Judée séduisait les intempérants.
Chevelu préfigurant le raz-de-marée hippie
Jésus lança la première vogue alcoolo-écolo.

La bouche pâteuse et l’esprit d’un Bouddha
Il était littéralement aux abonnés absents.
La blague relative à la virginité de Marie
Était invariablement le clou du numéro.

L’histoire de Moise et de ses ayattolahs
Bénéficiait aussi d’un succès conséquent.
Quand il narrait la traversée du Sinaï
On s’imaginait en opération commando.

Pour gommer les imprécisions ici ou là
Et donner au message plus de clinquant
Les exégètes y mirent vraiment le prix
Soudoyant les chantres et les hérauts.

Les historiographes biffèrent Judas
Et l’Église pourchassa les incroyants.
Ce fut alors la dictature de l’apostolie
Et on mena tout le monde en bateau.

Moi qui fais de la vérité un combat
Je ne pouvais laisser plus longtemps
L’humanité se fourvoyer sans répit
Et le Vatican se gausser des gogos.

Céd.

Un passager clandestin (Bernard)




Source: Monde-libertaire.fr