Mai 24, 2021
Par Le Monde Libertaire
158 visites


Les Lambda du 3e, ils s’étaient dit qu’ils avaient besoin de changement alors, ni une ni deux, z’avaient pris le catalogue des meubles du Nord Ă  essayer de monter soi-mĂȘme.
Ah le beau catalogue avec de si jolies couleurs et ces pages pleines de choix possibles afin de satisfaire tous les désirs ou presque. Suffit juste de choisir et de faire confiance


En 2002, c’était un autre catalogue que les Lambda feuilletaient. Ils se prĂ©paraient Ă  aller voter au premier tour des prĂ©sidentielles. Ah, quel beau catalogue ! Et toutes ces belles couleurs qui allaient du rouge bien rouge au « bleu, blanc, rouge » bien brun et puis, le rose, le vert, le bleu argenté 
16 produits proposés
 Y en avait pour tous les budgets, tous les goûts ou presque. Suffisait juste de choisir et de faire confiance


Le changement, c’est maintenant
 alors fallait surtout pas se tromper de dĂ©sir. Pas commode de faire passer une armoire normande pour un secrĂ©taire

Monsieur Lambda, il aime pas les complications
 « Tu choisis ce qui te plaĂźt, tu fais un truc au feutre autour, tu cornes la page et moi je commande sur le site. » et il sort la carte bleue : numĂ©ro, date d’expiration, cryptogramme dans les starting-blocks


Madame Lambda, elle veut un meuble de salon pour le mur face au canapé. Un beau meuble résolument suédois pour encadrer la télé résolument coréenne. Alors, elle cherche, Madame Lambda, imaginant déjà sa télé-réalité préférée entre deux assiettes peintes rapportées de Lisbonne.
« Et s’il y a une p’ tite place pour faire un bar, j’ suis preneur
 »
7 min52 s plus tard, soit pratiquement deux secondes de moins que le record du monde du 3000m steeple masculin, la commande est finalisée, le paiement enregistré.
« Nous vous remercions pour votre commande, un mail de confirmation vient de vous ĂȘtre envoyĂ© Ă  votre adresse-mail.»
Les Lambda du 3e se voyaient dĂ©jĂ  dans leur salon, posĂ©s sur leur canapĂ© : elle, pensant Ă  Lisbonne en regardant un sombre crĂ©tin sublimer un Ɠuf-mayonnaise et lui, sirotant un petit porto en souvenir des derniĂšres vacances…
Quinze jours plus tard, un message vint faire tomber une luciole dans leur potage : « Suite Ă  une erreur de notre service de la prospective, nous sommes au regret de ne pas pouvoir satisfaire votre commande 2245Y48/21. Le rĂšglement de celle-ci ayant dĂ©jĂ  Ă©tĂ© effectuĂ©, nous vous proposons de choisir entre les deux articles ci-dessous. Articles dont le prix est largement supĂ©rieur Ă  celui de l’article manquant.» Et les lambdas, mĂ©dusĂ©s, de se retrouver Ă  choisir entre un lit Ă  baldaquin monstrueux et un salon de jardin avec parasol et balancelle. Pour eux et leur 3e Ă©tage


Fini le catalogue avec toutes les couleurs du premier tour des élections présidentielles de 2002. Pour le deuxiÚme tour, reste plus que le bleu argenté et le « bleu, blanc, rouge » bien brun.
Et surtout, en vĂ©ritĂ© on nous l’a dit : « Si tu ne votes pas, t’es disqualifiĂ©.e et tu ne viendras pas te plaindre si »
Au premier tour, il y avait eu un nombre record de candidats, pourtant le taux d’abstention avait Ă©tĂ©, lui, le plus important depuis la crĂ©ation du suffrage universel direct 40 ans plus tĂŽt

Ainsi, bien que le grand cirque électoral ait affiché un nombre suffisant de numéros pour espérer remplir au maximum le chapiteau, de trÚs nombreuses places restées vides avaient été la preuve flagrante de la désaffection ou la méfiance envers ce genre de spectacle.
De quoi effrayer le petit monde des monteurs de spectacles d’illusions.
Et c’est l’alerte gĂ©nĂ©rale entre les deux tours. Il fallait arriver Ă  vendre du bleu argentĂ© pour faire barrage Ă  l’épouvantail brun.

Vendre aux Lambda en lieu et place d’un meuble de salon, un lit Ă  baldaquin en les menaçant de leur livrer un salon de jardin (avec hamac et balancelle) au 3e Ă©tage
 Ils sont forts, ces publicistes ! Qu’importe, les Lambda du 3e
 finalement, ce lit Ă  baldaquin
 Ils le mĂ©ritaient, puisqu’ils avaient eu la bonne idĂ©e de feuilleter ce si beau catalogue. Pas donnĂ© Ă  tout le monde de l’avoir. Ça se mĂ©rite


ThĂ©orie de l’engagement, l’arme de destruction massive des marchands : « Seuls les actes nous engagent. Nous ne sommes donc pas engagĂ©s par nos idĂ©es, ou par nos sentiments, mais par nos conduites effectives. » [<a title="A lire Petit traitĂ© de manipulation Ă  l’usage des honnĂȘtes gens de Beauvois et Joule qui dĂ©veloppent dans leurs travaux la thĂ©orie de l’engagement Ă©laborĂ©e par Charles Kiesler en 1971″ class=”notebdp”>note] Une fois la dĂ©cision prise de confier leurs nuits au monstrueux lit Ă  baldaquin, les Lambda du 3e ont finalement oubliĂ© leur meuble de salon.
« Faudra qu’on invite les voisins pour leur montrer. Ils vont ĂȘtre verts de jalousie
 Pas la peine de leur dire qu’on voulait un meuble avec un bar
 L’était vieux, le lit d’avant
 Il reste des olives ? ».

Pour le deuxiĂšme tour des prĂ©sidentielles de 2002, l’arnaque a juste Ă©tĂ© magnifique : privĂ© du catalogue Ă©pais du premier tour, le bon peuple de France n’avait plus qu’à choisir entre deux produits. La logique aurait voulu que les déçus du premier tour, leurs candidats Ă©tant en rupture de stock, auraient boudĂ© la boutique en plus grand nombre
 Que nenni, le bon peuple de France s’est ruĂ© dans les bureaux de vote pour bouter la bĂȘte immonde hors de l’Hexagone.
RĂ©sultat, une forte diminution du taux d’abstention accompagnĂ©e d’une augmentation abracadabrantesque de 350% des voix pour le candidat bleu-argenté  Et cette crapule ayant obtenu un peu plus de 82% de suffrages exprimĂ©s de se sentir plĂ©biscitĂ©e par plus de 82% des Français.es
 À la trappe les Ă©lecteurs/Ă©lectrices par dĂ©pit, exit les abstentionnistes, disparu.e.s les « sans carte Ă  voter»  82% des Français.es… grosse arnaque !
Une arnaque pouvant en cacher une autre, les lĂ©gislatives de 2002
. « Seuls les actes nous engagent. Nous ne sommes donc pas engagĂ©s par nos idĂ©es, ou par nos sentiments, mais par nos conduites effectives » 
 Le bon peuple de France ayant plĂ©biscitĂ© le monarque, il ne lui restait plus qu’à lui donner une trĂšs large majoritĂ© au Palais Bourbon


Posés sur leur canapé, les Lambda du 3e regardent le mur face à eux.
« On rĂ©sume
 Y a eu ce commercial qui nous a fait cadeau du catalogue avec de si jolies couleurs et ces pages pleines de choix possibles afin de satisfaire tous les dĂ©sirs ou presque. Suffisait juste de choisir et de faire confiance

« L’était pas allĂ© voir tout le monde
 les jeunes d’en-dessus, z’ont pas eu droit au catalogue

– On avait Ă©tĂ© choisis alors on a choisi
 Tu te souviens ce qu’on avait choisi ?
– J’sais pus, tout ce que je sais c’est que la carte
 Z’ont trouvĂ© le temps de la dĂ©biter Ă  la commande.
– Et puis y a eu le remplacement

– On a bien fait de ne pas prendre le salon de jardin avec le parasol et la balancelle.
– On a mĂȘme pas de balcon…
– Bien obligĂ©s de prendre l’autre truc, on avait payĂ©. Mais c’est pas trĂšs utile sans la visserie
 »

Main sur la télécommande.

« Alors tu crois que notre député, il aurait voté pour la réforme des retraites ?
– Notre dĂ©putĂ©, notre dĂ©puté  Moi, c’est sĂ»rement pas lui que je voulais au dĂ©but !
– Bien obligĂ©s, on allait pas voter pour l’autre.
– Bon, on va dire que c’est notre dĂ©putĂ© Ă  baldaquin
 Tu crois qu’il aurait votĂ© pour ou contre ? »

Samedi 29 fĂ©vrier 2020, pour faire le point sur l’épidĂ©mie de coronavirus, 10 heures, conseil de dĂ©fense suivi d’un conseil des ministres. Y a-t-on seulement parlĂ© de l’épidĂ©mie ou a-t-on rĂ©flĂ©chi Ă  la possibilitĂ© de profiter de la situation pour ?…
Quelques heures plus tard, Édouard Philippe est arrivĂ© en urgence Ă  l’AssemblĂ©e nationale pour expliquer, sous les huĂ©es, qu’il activait l’article 49-3 de la Constitution pour mettre fin au dĂ©bat sur les retraites qui patinait dans l’hĂ©micycle et en commission depuis un mois. Il agissait ainsi comme l’avait fait Manuel Valls dĂ©plorant une « alliance des contraires et des conservatismes » pour faire passer en force la loi travail.

« Finalement, notre dĂ©putĂ© nous est aussi utile qu’un lit Ă  baldaquin sans sa visserie

– Y a qu’à mettre un napperon dessus… »

Biscotte

.




Source: Monde-libertaire.fr