Mars 21, 2018
Par Marseille Infos Autonomes
24 visites


Il y a trois mois, la mairie de Marseille annonçait le début du déploiement de son « observatoire Big Data de la tranquillité publique » à l’issue d’un appel d’offre remporté par l’entreprise Engie Inéo, leader du marché de la vidéosurveillance.

Félix Tréguer, chercheur et membre de La Quadrature, écrivait alors à la mairie et à la CNIL en faisant valoir son droit d’accès aux documents administratifs pour obtenir davantage d’informations (a.k.a #CADAlove). À quelques heures d’une réunion publique qui doit se tenir à Marseille, La Quadrature publie un premier document en provenance de la mairie de Marseille, le Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP), qui détaille les objectifs et les soubassements techniques du projet.

Les élus municipaux présentent cet observatoire Big Data, annoncé en juillet 2014 et voté par la ville en 2015, comme la première brique de la Smart City™ du « turfu », croyant ainsi faire de l’indécrottable Marseille une ville pionnière de cette clinquante utopie technocratique. Alors que les élus marseillais n’ont pas de mots assez durs contre cette ville bigarrée et ses pauvres, le Big Data arrive à la rescousse. Pour Caroline Pozmentier, l’adjointe au maire en charge de la sécurité, il va en effet permettre de « façonner la ville quasi idéale ». Rien que ça !

Lire la suite sur la Quadrature du net




Source: