Décembre 22, 2020
Par Le Monde Libertaire
260 visites


Les étudiants ont appris par le biais de certains de leurs enseignants et du bouche à oreille diffus entre les lycées concernés, les nouvelles mesures prisent poussant à la généralisation de leur filière.
– La première étant de leur enlever tout support plastique ainsi que toute démarche artistique matériel, lors de leur grand oral de terminale encore jugé jusqu’à maintenant comme étant l’épreuve orale où l’élève, est censé mettre à profit les savoirs qu’il a acquis dans ses enseignements de spécialité.
– Est ensuite concernée l’épreuve d’analyse et méthode en design qui sera faite sous la forme d’une dissertation sur une feuille à carreaux où, seuls les dessins au stylo à bille, mines graphites et crayons de couleur seront autorisés.
Ce qui ne laisse que la troisième et dernière épreuve du bac, capable de juger l’acuité du savoir-faire acquis pendant 3 ans, nommée « conception et création en métier d’art ».

Cette nouvelle réforme garantit donc 80% d’écrit au bac pour seulement 20% de graphique, en ne comptant évidemment qu’ici les épreuves personnelles aux STD2A [note] et non pas celle du tronc commun.

Une mauvaise nouvelle n’arrivant jamais seule cette réforme n’est que le début de la disparition de cette filière, qui donnera seulement lieu à des spécialités d’art appliqué en lycée général.

C’est bien ici qu’est le problème car élèves comme professeurs n’y trouvent pas leur compte et le font ressentir.

L’avantage de cette filière technologique encore existante est qu’elle n’accueille que des gens décidés à y rester, les locaux sont agencés spécialement et seulement pour des élèves d’STD2A ainsi que l’argent pour le matériel qu’un lycée général ne peut pas forcément se permettre d’acheter.

Le fait de proposer à des élèves des spécialités artistiques ne leur donneront pas ce que leur offre la filière STD2A pour la simple et bonne raison que si un lycéen choisit de prendre « art plastique » il ne pourra pas choisir « histoire de l’art »,
(Autre spécialité artistique) qui ne sont donc pas combinable en lycée général.

Blocus, manifestation et rassemblement sur la voie publique
sont ce qui en découle.

Pour finir les élèves de ces trois lycées publics de Paris ont décidés d’agir et de s’associer pour bloquer à deux reprises un de leurs établissements, le lycée Auguste Renoir le Mardi 15 décembre 2020 ainsi que le Jeudi 17 décembre 2020 suivit par un rassemblement devant le rectorat de paris pour se faire entendre et n’en n’ont pas fini avec la réforme
.
C’est pourquoi les élèves STD2A appellent à être soutenus
.




Source: Monde-libertaire.fr