Juillet 2, 2022
Par Manif Est
155 visites
Article repris en intégralité de paris-luttes.info.

15 VI 2022

Je m’appelle Ivan, je suis anarchiste.

J’ai été arrêté par la SDAT [1] samedi 11 juin, vers 3h30, pas loin de chez moi, alors que je rentrais.

Je suis inculpé de six incendies de véhicules qui ont eu lieu à Paris et Montreuil entre janvier et juin, souvent revendiqués en solidarité avec des prisonnièr.e.s anarchistes (la dernière, la voiture d’une ambassade a été incendiée le soir de mon interpellation, dans le 17e).

Pendant des mois, les flics ont mis en place des filatures, des écoutes téléphoniques, ils ont installé une caméra dans l’entrée de mon immeuble, ils ont intercepté mon courrier (notamment les lettres des compas en prison) et regardé mon compte en banque.

Une autre personne (on se connaît seulement de vue mais il a toute mon estime) a été suivie, écoutée, etc. , aussi mais pas mis en cause. Courage, mon vieux !

L’enquête de la SDAT a commencé en février 2022 sur ordre de la procureure Laure-Anne Boulanger, du parquet de Bobigny.

Ils ont aussi sortis des tiroirs une autre enquête, classée, qui avait été menée par d’autres flics, sur une cinquantaine d’incendies de véhicules, revendiqués par les anarchistes, à Paris et environs, entre juin 2017 et 2021. La SDAT a “réuni” les deux enquêtes, mais la juge d’instruction (Stéphanie Lahaye du tribunal de Bobigny) a retenu seulement les six dernières actions. Pour les autres, je suis “témoin assisté”.

En plus de “destruction par moyen dangereux”, il y a aussi les accusations de mise en danger de la vie d’autrui, le refus de la signalétique (photos, ADN, empreintes, ils ne me les ont pas prises de force, malgré les menaces), le refus de donner les clefs de chiffrement de mes ordinateurs et les mots de passe des téléphones.

En ce moment, je suis en détention préventive à la Maison d’Arrêt de Villepinte. Je suis en forme, je vais bien même si mes proches me manquent beaucoup.

Normal, c’est la taule, et il faut la mettre en compte, quand on est ennemi de cette société.

Le retour de promenade est le moment le plus dur, ici. C’est quand la porte se ferme jusqu’au lendemain. Mais je me tourne vers la fenêtre et regarde dehors. Là-bas, quelque part, des compas continuent à se battre. Rien n’est fini.

Dès que j’aurai d’autres informations sur cette affaire, j’en écrirai plus (je n’ai pas beaucoup d’autres choses à faire !).

Mes pensées vont aux anarchistes en prison, partout dans le monde : à Damien (en taule à Draguignan), à Alfredo, à Anna, à Juan, à Toby, à Giannis Michailidis en grève de la faim… et à vous tou.te.s, là dehors !

La solidarité c’est l’attaque !

Vive l’anarchie !

IVAN

JPEG - 72 ko
JPEG - 79.8 ko

Ivan a laissé son nom et n° d’écrou pour qu’on puisse lui écrire en solidarité, voir dans l’image ci-dessus.

Voici également les références des copaines d’Ivan incarcéré-es partout en Europe. Solidarité !

Alfredo Cospito

Casa Circondariale di Sassari « Giovanni Bachiddu »

Strada provinciale 56, n. 4

Località Bancali

07100 – Sassari (Italie)

Anna Beniamino

C. C. di Roma Rebibbia femminile

Via Bartolo Longo, 92

00156 – Roma (Italie)


Suite à l’opération répressive « Scripta Manent », de septembre 2016, Alfredo a été condamné en appel à 20 ans, Anna à 16 ans et 6 mois, accusé.e.s d’association subversive (pour la Fédération Anarchiste Informelle) et de nombreuses attaques revendiquées par cette dernière. Dans le même procès, 9 autres compas ont été condamné.e.s à des peines allant d’1 an et 6 mois à 2 ans et 6 mois pour « provocation aux crimes et délits » (pour avoir publié des revues, administré des sites internet et écrit des textes). Début mai 2022, Alfredo a été transféré en régime pénitentiaire 41 bis.

Juan Antonio Sorroche Fernandez

C. C. di Terni
Strada delle Campore, 32
05100 – Terni (Italie)

Arrêté le 22 mai 2019, après presque deux ans de cavale, Juan purge actuellement plusieurs peines de prison. Son procès pour l’attaque au local de la Lega à Villorba, en août 2018, est en cours à Trévise : il est accusé d’avoir placé deux engins explosifs près du local et est poursuivi pour « attentat avec finalité de terrorisme » et « massacre indiscriminé ».

Toby Shone


prisoner’s number : A7645EP
HM

Prison Parc
Heol Hopcyn John
Coity, Bridgend CF35 6AP (Royaume-Uni)


Interpellé en novembre 2020, lors de l’opération Adream, visant le collectif 325 et son site internet, Toby a été accusé en vertu de la loi antiterroriste, pour le site web. Lors du procès, en octobre 2021, les accusations de terrorisme ont été abandonnées, mais il a été condamné à 3 ans et 9 mois pour possession de drogue.

Giannis Michailidis

Γιαννης Μηχαιλιδης 
/ Malandrinou Prison

Κ. Κ. Μαλανδρίνου / 
T. K. 33053 Malandrino, Fokidas (Grèce)


En février 2011, Giannis avait été arrêté lors d’une grande manifestation à Athènes et accusé de tentative de meurtre pour avoir tiré à l’arc sur la police anti-émeute. En février 2013, dans la ville de Veria, il est arrêté et envoyé en prison avec trois autres anarchistes, suite à un double braquage d’une banque et d’un bureau de poste à Velventos. En juin 2019, après six ans de prison, il s’évade de la prison de Tyrintha. Sept mois plus tard, il est arrêté de nouveau dans une banlieue d’Athènes, armé et dans une voiture volée, en compagnie de deux autres camarades. Accusé d’un vol de banque datant d’août 2019 à Erymanthia, il retourne en prison. Le 29 décembre 2021, il atteint les trois cinquièmes de sa peine totale combinée et pourrait demander la libération conditionnelle. Le 23 mai 2022, suite à deux réponses négatives, il commence une grève de la faim dans le but d’obtenir sa libération.




Source: Manif-est.info